RMC

Les grévistes de la RATP s'essoufflent: "Une usure psychologique et financière"

Le trafic à la RATP reste perturbé mais toutes les lignes de métro fonctionnent, au moins partiellement. Dans les rangs des grévistes, la motivation commence à s'émousser.

Tous les matins, le même reflexe pour beaucoup d'agents: regarder la fréquence des métros et constater qu'ils sont plus nombreux, qu'il y a moins de grévistes. En cause, notamment, la première fiche de paie impactée, celle de janvier, qui va bientôt tomber.

Stéphane, conducteur de métro sur la ligne 9 va continuer à faire grève, mais il avoue que c'est dur:

"La paie du mois de janvier ne sera pas loin de zéro. Moi je puise dans mon épargne, elle est là pour ça, c'est ce qui me permet de tenir, mais tout le monde ne le peut pas. Après 40 jours de grève, l'usure est normale, l'usure psychologique, financière. Malgré tout, on reste solides sur nos appuis".

La base reste forte mais dans les Assemblées générales, les discussions sont parfois vives entre ceux qui veulent continuer et ceux qui veulent arrêter le mouvement.

Des grévistes qui saluent le soutien des français, notamment ceux qui font grève, même s'ils aimeraient les voir plus nombreux, dans la rue, et engagés en dehors des journées interprofessionnelles de grèves et de manifestations.

Rémi Ink (avec P.B.)