RMC

Péages ouverts par les "gilets jaunes": comment les sociétés d'autoroutes vont faire payer les automobilistes

Le groupe Vinci Autoroutes a annoncé lundi que les automobilistes n'ayant pu payer les péages empruntés pendant la mobilisation des "gilets jaunes" devront régulariser leur situation, mais seront exemptés de l'amende prévue par le code de la route.

Si vous êtes passés gratuitement à un péage grâce aux "gilets jaunes", attendez-vous à recevoir la note. 

Vinci Autoroutes, qui exploite la plupart des autoroutes du sud de la France, va demander aux automobilistes qui ont bénéficié des opérations "péage gratuit" de bien vouloir s'acquitter des droits de passage.

Comment la société va-t-elle s'y prendre? 

A l'aide de caméras et de lecteurs de plaques d'immatriculation installés aux gares de péages, Vinci a pu identifier un à un les véhicules qui n'ont pas payé. Le système relève également le trajet effectué par ces véhicules et détecte l'entrée puis la sortie à une barrière de péage.

Un système perfectionné qui permet de chiffrer le montant exact de leur trajet. Un courrier sera ensuite envoyé aux automobilistes pour qu'ils régularisent cette somme. Car depuis 2013 les sociétés d'autoroute peuvent consulter le fichier national des cartes grises et donc les adresses des propriétaires de véhicules.

"Pas de majoration"

Vinci assure qu'il n'y aura aucune amende sur ces sommes et explique qu'"il s'agit juste d'appliquer une procédure de régularisation": "Les automobilistes n'ont pas tenté de frauder, ils n'ont tout simplement pas pu payer à cause des dégradations ou de la présence des gilets jaunes il n'y aura donc aucune majoration" explique la société d'autoroute.

Vinci assure que plusieurs milliers de clients ont déjà contacté d'eux-mêmes le service clients pour régler leurs trajets. 

Dimanche, le groupe a estimé à plusieurs dizaines de millions d'euros le montant des dégâts commis sur l'ensemble de son réseau lors des manifestations des "gilets jaunes" depuis un mois. Près de 250 sites ont été impactés quotidiennement par les actions des manifestants. 

Jean-Baptiste Bourgeon avec Xavier Allain