RMC
Exclusivité

Réforme des retraites: la CGT Cheminots veut "faire plus que le 31 janvier"

Invité d'"Apolline Matin" ce vendredi sur RMC et RMC Story, Laurent Brun, secrétaire général de la fédération CGT Cheminots, prévient que d'autres actions seront menées, en plus de la prochaine grande journée de mobilisation du 31 janvier.

D'autres grèves à venir à la SNCF? Dans "Apolline Matin" ce vendredi sur RMC et RMC Story, Laurent Brun, secrétaire général de la fédération CGT Cheminots, appelle à poursuivre la mobilisation et prévient que d'autres mouvements sociaux seront certainement organisés en plus de la prochaine date du 31 janvier, annoncée par l'intersyndicale. Ce sera au coeur des discussions des syndicats de la SNCF dès ce vendredi après-midi.

"Nous allons en discuter cet après-midi. Les dates déterminées par l’intersyndicale sont des temps forts. Mais en dehors de ces temps-là, nous appelons les salariés à multiplier les actions dans leurs entreprises. Ça peut être la grève, des débrayages. Il y a différentes possibilités de peser. On est soumis à un certain nombre d’annonces sociales, on ne peut pas faire ce qu’on veut. Mais les salariés sont libres d’utiliser les préavis. Il y a plusieurs préavis et alertes sociales en cours. Nous travaillons sur l’élévation du niveau de mobilisation chez les cheminots. On ira probablement au-delà de ce qui est programmé par l’intersyndicale. Il est très probable qu’on fera plus que le 31 janvier. Avant ou après, sous quelle forme, on va en discuter cet après-midi. Il y a une très forte détermination des agents à peser dans la mobilisation. Il n’est pas interdit que des grèves reconductibles se déclenchent. Nous ne sommes qu’au début du processus."

>> Suivez notre direct

"Une seule journée ne suffira pas"

"Nous allons établir un rapport de force, comme le gouvernement le souhaite, puisqu’il n’y a que ça qu’il entend, assure Laurent Brun. Nous savons très bien que le gouvernement ne cèdera pas avec une seule journée. Nous souhaitons que tous les secteurs de l’économie continuent à être mobilisés. C’est extrêmement important. Evidemment, une seule journée ne suffira pas."

Et pour la CGT Cheminots, ce n’est pas seulement cette réforme qui est visée. "On a déjà pris sept ans dans la tête, au niveau des retraites, en moins de 20 ans. Il y en a marre, dénonce Laurent Brun. Non seulement nous souhaitons que cette réforme capote, mais en plus on voudrait revenir sur les réformes précédentes, très clairement. Mes camarades disaient: non seulement on ne lâche rien mais on reprend tout. Nous voulons un départ à 60 ans pour tous, 55 ans dans les professions difficiles et 50 ans dans les métiers à pénibilité avérée."

LP