RMC
en direct

EN DIRECT Retraites: "Nous ne sommes qu’au début du processus" prévient la CGT Cheminots

Après la première mobilisation ce jeudi contre la réforme des retraites présentée par Elisabeth Borne et le gouvernement, une nouvelle journée de contestation est annoncée pour le 31 janvier. La CGT Cheminots a déjà l'intention de "faire plus". Ce jeudi, la CGT a revendiqué 2 millions de manifestants dont 400.000 à Paris, soit un chiffre bien supérieur à celui de 2019 et égal à 1995, alors que le ministère de l'Intérieur annonce 1,12 million de manifestants en France. Quelques tensions ont éclaté à Paris peu avant 16h, avec 38 interpellations au total. Suivez toutes les infos en direct avec RMC.

Grève reconductible à la Fonction publique?

La CGT Fonction publique (syndicat numéro 1 dans le public) appelle ses adhérents à discuter de la possibilité d’une grève reconductible. Environ 1 agent sur 4 était en grève ce jeudi, selon les chiffres du ministère (légèrement inférieurs à 2019).

L'économiste Nicolas Bouzou sur RMC-BFMTV: "Quel que soit le scénario, le régime des retraites va être en déficit"

Les manifestants savourent leur succès et gagnent en confiance

La première journée de mobilisation a été réussie pour les syndicats qui sont parvenus à mobiliser entre 1.125 et 2 millions de personnes.

"On n'y croyait pas, et pourtant... C'est rassurant que la révolte soit partagée", nous ont confié des participants. Ce qui a de quoi gonfler le moral des manifestants pour la suite:

"Je pense que tout le monde va être chaud bouillant pour la prochaine fois", lance une manifestante.

>> Notre reportage et tous les témoignages à retrouver dans notre article ici

L'économiste Matthieu Plane sur RMC-BFMTV: "Cette réforme rajoute de l'incertitude dans un moment assez fragile"

Le président de la CPME Île-de-France salue l'action de la police et des syndicats

Malgré une mobilisation massive, la contestation contre la réforme des retraites ce jeudi, s'est déroulé sans incidents majeurs: "La préfecture de police a fait un super travail ce qui n’était pas le cas il y a quelques mois. L’arrivée de Laurent Nunez est positive", s'est félicité ce vendredi sur RMC Bernard Cohen-Hadad, le président de la CPME Île-de-France, la Confédération des petites et moyennes entreprises qui représente de nombreux commerçants.

"Les syndicats sont responsables, ce sont de grandes centrales syndicales qui ont des services d'ordre et qui sont très organisées. On craignait des débordements mais il y en a eu très peu et c'est assez rassurant", a-t-il souligné malgré l'annonce d'une nouvelle journée de mobilisation.

Coupures d'électricité: "Cela ne me pose aucun problème", assure Laurent Brun (CGT Cheminots)

Des coupures d'électricité ont été revendiquées par la CGT Energie ce jeudi. "Les salariés utilisent toujours toutes les actions qui sont à leur disposition, dans la limite évidemment de la sécurité. Je n’ai aucun problème là-dessus, assure Laurent Brun, secrétaire général de la CGT Cheminots, sur RMC. Si on coupe l’électricité chez moi, je jetterai tout ce que j’ai dans le congélateur. Cela ne me pose aucun problème. Si ça peut m’éviter de faire deux ans de plus au travail, je n’aurai aucun souci. C’est le gouvernement qui coupe l’électricité. C’est le gouvernement qui impose une réforme que 94% des salariés et plus de 70% de la population refusent. J’entendais que certains en appellent à la démocratie. Mais quand on a 94% des salariés qui sont contre une réforme, ce n’est pas la démocratie de l’imposer."

Alerte info

CGT Cheminots: "Il est très probable qu’on fera plus que le 31 janvier"

Dans "Apolline Matin" ce vendredi sur RMC et RMC Story, Laurent Brun, secrétaire général de la fédération CGT Cheminots, appelle à poursuivre la mobilisation et prévient qu'à la SNCF, d'autres mouvements sociaux seront organisés en plus de la prochaine date du 31 janvier.

"Nous allons en discuter cet après-midi. Les dates déterminées par l’intersyndicale sont des temps forts. Mais en dehors de ces temps-là, nous appelons les salariés à multiplier les actions dans leurs entreprises. Ça peut être la grève, des débrayages. Il y a différentes possibilités de peser. On est soumis à un certain nombre d’annonces sociales, on ne peut pas faire ce qu’on veut. Mais les salariés sont libres d’utiliser les préavis. Il y a plusieurs préavis et alertes sociales en cours. Nous travaillons sur l’élévation du niveau de mobilisation chez les cheminots. On ira probablement au-delà de ce qui est programmé par l’intersyndicale. Il est très probable qu’on fera plus que le 31 janvier. Avant ou après, sous quelle forme, on va en discuter cet après-midi. Il y a une très forte détermination des agents à peser dans la mobilisation. Il n’est pas interdit que des grèves reconductibles se déclenchent. Nous ne sommes qu’au début du processus."

>> Ecoutez RMC en direct

Plus d'informations ici.

Les syndicats veulent faire encore mieux

Avec plus d'un million de personnes dans les rues selon le ministère de l'Intérieur ce jeudi, la barre est haute, mais Catherine Perret, de la CGT, veut croire à un chiffre supérieur le 31 janvier prochain. "Aujourd’hui, neuf Français sur dix disent ‘ça suffit, on n’en peux plus on ne veut plus de ces réformes régressives’. Et donc on est au bord d’un mouvement encore plus massif qu’on va faire grandir d’ici le 31 janvier”, appuie-t-elle.

Face à la détermination du gouvernement, les syndicats se préparent à un conflit long. Voilà pourquoi il faut multiplier les formes de mobilisation, avance Yvan Ricordeau, CFDT.

“Il y a déjà des discussions au sein de l'intersyndicales pour faire en sorte de fixer une des prochaines dates de mobilisation sur un week-end pour élargir la possibilité pour les salariés et la population de manifester”, explique-t-il.

>> Retraites: les syndicats veulent des mobilisations encore plus importantes pour les prochaines dates

Les énergéticiens devraient reconduire la grève

Parmi les grévistes, certains devraient poursuivre le mouvement dès ce vendredi. Et notamment chez les énergéticiens. Ils devraient reconduire leur grève ce vendredi matin, en assemblée générale. EDF a comptabilisé 50% de grévistes sur son effectif total ce jeudi. La CGT avance un taux de 57% de grévistes parmi les effectifs présents. Des coupures d'électricité, à Massy et Chaumont, ont été revendiquées par la CGT. Les électriciens ont aussi procédé à des baisses de production, dans les barrages et les centrales nucléaires. 

Comment l'exécutif réagit-il à la mobilisation?

Le gouvernement va-t-il revoir sa copie ?

Face à la contestation massive des Français, le gouvernement va-t-il entendre la rue et revoir sa copie? Depuis Barcelone, Emmanuel Macron a défendu jeudi une réforme "juste et responsable" et a assuré de sa "détermination" à la faire aboutir.

Mais impossible de fermer les yeux face à la mobilisation pour le gouvernement. Olivier Dussopt, le ministre du Travail, le reconnaît, il doit se montrer ouvert au dialogue et aux modifications alors que la rue vient de montrer les muscles.

"Il y a du monde dans la rue, il y a du monde qui a répondu à la manifestation. Ça ne sert à rien de nier les choses. Tout ce qui va dans le sens de l’amélioration, on y reste ouvert et donc au Parlement, il y aura des amendements et des débats et si on peut continuer à améliorer la réforme, on le fera”, indique-t-il sur BFMTV.

Des ajustements?

Améliorer le texte donc, ce qui ne veut pas dire le retirer, loin de là. Malgré la pression, le report de l'âge légal à 64 ans s'impose toujours selon le député macroniste Marc Ferraci.

“Le recul de l’âge légal suscite effectivement l’opposition. Notre rôle va être de continuer d’expliquer que c’est une réforme nécessaire”, appuie-t-il.

Et si ce n'est pas sur la mesure phare qu'il faut bouger, pour le député de la majorité Patrick Vignal, des petits ajustements peuvent calmer la colère. “Il faut travailler sur le contenu. Quelles martingales avec les entreprises on peut avoir pour qu’ils gardent leurs seniors? On pourrait inventer des clauses de revoyure pour les métiers en pénibilité, détaille-t-il.

Mais en coulisses, certains appellent aussi à ne surtout pas lâcher du test. "Négocier maintenant, c'est se tirer une balle dans le pied. Il faut continuer à aller au combat", enjoint même un conseiller ministériel.

Si ce n'est pas la rue qui pousse le gouvernement à revoir sa copie, ce seront peut être des députés macronistes... Les 44 ans de cotisation, pour certains qui ont commencé à travailler très tôt, "c'est indéfendable, cela nous met en difficulté" râle un élu qui appelle à des "ajustements", seul moyen selon lui "de vider la contestation" avant la prochaine manifestation du 31 janvier.

(avec Cyprien Pézeril)

>> Face à l'ampleur de la manifestation, le gouvernement va-t-il revoir sa copie?

Avant le 31 janvier, d'autres rendez-vous

La prochaine grande journée de mobilisation contre la réforme des retraites aura lieu dans un peu plus de dix jours, le mardi 31 janvier. C'est la date qui a été retenue jeudi soir lors de la réunion entre les huit principaux syndicats réunis en intersyndicale.

Cette date n'a bien sûr pas été choisie au hasard par les syndicats. Le mardi 31 janvier, c'est le lendemain du début des débats parlementaires. Les 11 jours de battement, jusque-là, vont leur laisser le temps pour convaincre les indécis de manifester.

C'était le souhait de Laurent Berger (CFDT), dont les adhérents ont moins l'habitude des séquences de grève intense, mais c'était aussi une demande de certains responsables dans les transports, soumis au préavis, les cheminots par exemple, qui ont besoin de délais plus longs pour se mobiliser.

Mais le calendrier des opposants à la réforme n'est pas vide d'ici le 31 janvier. Samedi, La France insoumise accompagne les organisations de jeunesse sur les pavés parisiens. Les syndicats appellent à des rassemblements lundi soir, jour de la présentation de la réforme en Conseil des ministres. Et les raffineurs comptent repartir en grève jeudi et vendredi prochain. Ils devraient par ailleurs être suivis par les dockers.

Du côté de la SNCF, les syndicats se réunissent ce vendredi pour discuter de la suite à donner au mouvement. Ils ont rendez-vous à 14h, pour voir s'ils suivent les dates de l'intersyndicale, où s'ils font cavalier seul, comme les énergéticiens et les pétroliers.

Une journée globalement calme, quelques incidents à Paris, Lyon et Rennes

Si la journée de mobilisation s'est déroulée globalement dans le calme, quelques violences ont été notées à Paris, Lyon et Rennes amenant à des interpellations: 38 à Paris, 17 à Lyon.

>>> Plus d'infos ici

Les transports perturbés en Île-de-France ce vendredi

Plusieurs lignes de RER seront encore perturbées vendredi, annonce la SNCF.

Il y aura un train sur deux sur le RER C, deux trains sur trois sur le RER D et quatre trains sur cinq sur le RER E. Aucune perturbation n'est annoncée sur le RER A et le RER D, ni sur le réseau RATP.

Près de trois fonctionnaires sur dix grévistes dans la fonction publique d'Etat

Près de trois fonctionnaires sur dix (29,5%) ont fait grève jeudi dans la fonction publique d'Etat, qui compte 2,5 millions d'agents, dans le cadre de la journée de mobilisation contre la réforme des retraites, selon le ministère de la Fonction publique. Dans la fonction publique territoriale (près de deux millions d'agents), le taux de grévistes s'est élevé à 14,4% et dans la fonction publique hospitalière (1,2 million d'agents), il a atteint 19,6%.

Par rapport au 5 décembre 2019, première journée de mobilisation contre le premier projet de réforme des retraites d'Emmanuel Macron, le taux de grévistes est en recul de 3,5 points dans la fonction publique d'Etat (33% en 2019). Il baisse aussi, légèrement, dans la fonction publique hospitalière (20% en 2019), tandis qu'il progresse un peu dans le versant territorial (13,8% en 2019), selon les chiffres du ministère.

avec AFP

Le calendrier des prochains jours

Plusieurs événements autour de la réforme des retraites vont se dérouler dans les prochains jours. Voici le calendrier des prochains temps forts politiques et syndicaux:

  • Samedi 21: manifestation à la appel d'organisations de la jeunesse, soutenue par la France insoumise
  • Lundi 23: présentation du texte en Conseil des ministres, appel à la grève par l'intersyndicale
  • Lundi 30: arrivée du texte en commission à l'Assemblée nationale
  • Mardi 31: journée de mobilisation nationale (grèves+manifestations) par l'intersyndicale
Alerte info

1,12 million de manifestants en France selon le ministère de l'Intérieur, 2 millions selon la CGT

Selon le ministère de l'Intérieur, il y avait 1,12 million de manifestants partout en France dont 80.000 à Paris. Un chiffre qui dépasse le cap du million qui était un maximum envisagé avant la manifestation.

Pour rappel, la CGT annonce 2 millions de manifestants dont 400.000 manifestants à Paris.

La Première ministre "salue" des manifestations "dans de bonnes conditions"

Sur Twitter, la Première ministre Élisabeth Borne a "salué l'engagement des forces de l'ordre comme des organisations syndiclaes qui ont permis aux manifestations de se dérouler dans de bonnes conditions."

"Premettre que les opinions s'expriment est essentiel pour la démocratie. Continuons à débattre et à convaincre" a tweeté la Première ministre.

1,12 million selon l'Intérieur: un chiffre important de mobilisation

Le chiffre annoncé par le ministère de l'Intérieur de 1,12 million de manifestants est à remettre en perspective. S'il est supérieur à celui qui était attendu, par les autorités et les syndicats, avant cette journée de mobilisation.

Ce chiffre est supérieur à celui de la mobilisation contre la réforme de 2019 (800.000 manifestants), mais aussi qu'en 1995, lors de la réforme Juppé, ou en 2010 avec la réforme Sarkozy/Fillon.

Alerte info

Prochaine mobilisation nationale le mardi 31 janvier (intersyndicale)

L'intersyndicale, réunie depuis 19h, annonce que la prochaine journée de mobilisation aura lieu le mardi 31 janvier, le lendemain de l'arrivée du texte à l'Assemblée nationale, avec des grèves et des manifestations.

Des actions seront aussi prises toute la semaine prochaine et notamment une journée de grève le jour de présentation du texte au Conseil des ministres, le lundi 23 janvier.

Plus d'informations ici.

L'intersyndicale débute

L'intersyndicale, réunie au siège de l'Union syndicale Solidaires, débute. Elle permettra, du côté des forces syndicales, de faire le bilan sur cette journée de mobilisation et de mettre en place la suite du mouvement.

>>> A LIRE - Quelle suite au mouvement? Les premières tendances

38 interpellations à Paris (préfecture de police de Paris)

La préfecture de police de Paris annonce, qu'à 18h30, un bilan provisoire faisait état de 38 interpellations notamment pour port d'arme prohibé, outrage et rébellion, jets de projectiles et dégradations.

Guillaume Biet - RMC

Plus d'informations ici.

Alerte info

Deux millions de manifestants en France selon la CGT (chiffre définitif)

La CGT annonce deux millions de manifestants partout en France. Un décompte définitif. C'est plus qu'en 2019 et autant que le 12 décembre 1995, apogée du mouvement de contestation contre le réforme Juppé.

Victor Joanin - RMC

>>> Plus d'infos ici

À Paris, certains manifestants viennent juste de quitter la place de la République

Selon les constatations de notre journaliste Mahauld Becker-Granier, présente dans le cortège, certains manifestants viennent juste de quitter la place de la République. Le cortège s'étend sur plus de deux kilomètres.

Sur place, l'ambiance est bon enfant et déterminé, notamment après la révélation des chiffres: "Le bilan est bien au-dessus des attentes et ça se voit sur le sourire des manifestants."

"Que ce soit Margaux, enseignante, ou Frédéric, énergéticien, ils sont tous prêts à remettre le couvert, quel qu'en soit le prix."

Le cortège syndical à Bastille, la tête de cortège sur la place de la Nation

Le cortège des syndicats arrive place de la Bastille alors que la tête du cortège est déjà sur la place de la Nation.

À 16h50, 30 personnes avaient été interpellées

Selon des chiffres provisoires, il y a eu 30 interpellations pour port d'arme prohibé, outrage et rébellion et jets de projectiles, notamment.

En milieu d'après-midi, des heurts ont éclaté dans une partie du cortège parisien.

La tête du cortège est actuellement en train d'arriver sur la place de la Nation.

Alerte info

Plus d'1,5 million de manifestants dans toute la France selon la CGT

La CGT annonce que plus d'1,5 million de personnes ont manifesté contre la réforme des retraites dans toute la France dont 400.000 à Paris. Il y a trois ans, le 5 décembre 2019, lors de la première journée de mobilisation contre la précédente réforme, la CGT avait déjà revendiqué 1,5 millions de manifestants à travers le pays et 250.000 à Paris.

>>> Plus d'infos ici

Victor Joanin - RMC

Alerte info

La CGT annonce 400.000 manifestants à Paris

La CGT annonce que 400.000 manifestants étaient présents au sein de la manifestation parisienne. En 2019, lors de la première journée de mobilisation, le 5 décembre, 250.000 manifestants avaient été renvendiqués par la centrale syndicale.

"Je ne me vois pas faire le métier que je fais jusqu'à 64 ans voire 67 ans pour moi."

Les reporters de RMC recueillent les témoignages de manifestants partout en France et notamment à Paris, où Marion Gauthier a rencontré Margot, enseignante en CM2 à Genevilliers. Elle dit ne pas pouvoir faire ce métier jusqu'à 64 ans voire 67 ans, pour elle.

Son témoignage:

Pagaille en tête de cortège, obligé de changer de parcours

La police a fermé le boulevard du Temple, itinéraire original de la manifestation, en raison des débordements perpétrés par quelques dizaines de black blocks à proximité de la place de la Bastille, boulevard Beaumarchais.

Le reste du cortège se replie sur la rue du Chemin Vert.

Des incidents encore en cours

A l'avant du cortège à Paris, des incidents ralentissent l'avancée de la manifestation.

20 interpellations à Paris, bilan provisoire

La préfecture de police indique qu'il y a eu 20 interpellations à Paris, à 16h. Un bilan provisoire, sur les interpellations avant et pendant la manifestation.

(GB)

Incidents lors de la manifestation à Paris
Incidents lors de la manifestation à Paris © AFP

De "nouveaux" manifestants dans les cortèges

A la manifestation parisienne, Raphaëlle, employée du privé : "Je suis la première à faire grève dans mon entreprise, le logiciel qui calcule les salaires n’a même pas prévu la case grève !". Elle marche et continuera de marcher pour les plus âgés, qui ont vu leur retraite repoussée. Flavien, lui, est professeur à Fresnes, non syndiqué: "Mon père est de droite, nous avons souvent des débats et là, même lui me soutient et s’oppose à cette réforme".

"Sardou ta gueule": Sandrine Rousseau répond au chanteur

Au lendemain des propos de Michel Sardou sur le compagnon "déconstruit" de la députée EELV Sandrine Rousseau, l'élue lui a répondu à sa manière en marge de la manifestation contre la réforme des retraites à Paris.

Sandrine Rousseau a été prise en photo sous une pancarte où l'on pouvait lire "Sardou ta gueule". Une photo publiée par la députée sur son compte Twitter accompagnée de la légende: "A la manifestation".

Premières tensions à Paris

Sur le boulevard Beaumarchais, à Paris, de premières tensions ont éclaté entre des manifestants et les forces de l'ordre. Les policiers font face à des personnes présentes cagoulées et habillées en noir. Des projectiles sont envoyés. Selon la préfecture de police, les forces de l'ordre sont immédiatement intervenus pour empêcher la dégradation d'une agence Matmut.

Alerte info

Macron s'exprime depuis l'Espagne au sujet des manifestations qu'il espère "sans débordements"

Emmanuel Macron s'est exprimé depuis l'Espagne où un accord bilatéral a été signé ce jeudi. Il trouve "légitime que toutes les opinions puissent s'exprimer et que le droit de manifestation puisse s'exercer", tout en rappelant pour défendre le projet du gouvernement que "les choses ont été dites" au moment des élections présidentielle et législatives.

"Je fais confiance aux organisateurs de ces manifestations pour que cette expression de désaccord puisse se faire sans débordements, ni violences, ni dégradations", indique le président de la République

Plus d'informations à retrouver ici.

Alerte info

La tête de cortège à Bastille, un deuxième itinéraire ouvert

La tête de cortège est arrivée du côté de la place de la Bastille. En raison de la forte mobilisation, un deuxième itinéraire a été ouvert Boulevard Voltaire direction la Nation, par la préfecture de police.

15 interpellations à Paris sur 2.300 contrôles

En marge la manifestation parisienne, la police a interpellé 15 personnes sur 2.300 contrôles effectués. Ces interpellations l'ont été principalement pour port d'armes prohibé.

Sur le parcours de la manifestation, très dense, des établissements ont été barricadés. C'est le cas notamment de certaines banques.

Une banque barricadée et taguée sur le parcours du cortège parisien.
Une banque barricadée et taguée sur le parcours du cortège parisien. © RMC / Victor Joanin

Une forte mobilisation dans les rues de Valence

À Valence (Drôme), il y a beaucoup de monde dans le cortège contre la réforme des retraites. Plus qu'en 2019, la dernière manifestation contre les retraites, où 7.000 personnes s'étaient mobilisées.

Vincent Chevalier est sur place pour RMC :

28% de grévistes à la mi-journée dans la fonction publique d'Etat

Le taux de grévistes au sein de la fonction publique d'État est de 28% selon les derniers chiffres donnés par le ministère, à la mi-journée. Ce chiffre est en baisse de cinq points par rapport à 2019.

Dans la fonction publique territoriale (près de deux millions d'agents), le taux de grévistes s'élève à 11,3% et dans la fonction publique hospitalière (1,2 million d'agents), il atteint 9,9%, deux pourcentages supérieurs à ceux du 5 décembre 2019, premier jour de grève contre le premier projet de réforme des retraites.

La place de la République noire de monde, le cortège a du mal à s'écouler

La place de la République est presque pleine alors que la manifestation s'est élancée il y a une quarantaine de minutes. Le cortège a du mal à avancer vers la place de la Bastille et est bloqué au niveau du Cirque d’hiver.

Le cortège, trop dense, est bloqué au niveau du Cirque d'hiver.
Le cortège, trop dense, est bloqué au niveau du Cirque d'hiver. © RMC / Victor Joanin
La place de la République, le 19 janvier 2023, pendant la manifestation contre la réforme des retraites.
La place de la République, le 19 janvier 2023, pendant la manifestation contre la réforme des retraites. © BFMTV/RMC

Les premiers chiffres des manifestations, avant Paris

De 25.000 (selon la police) à 50.000 personnes (selon les syndicats) ont manifesté ce jeudi à Nantes. Une mobilisation supérieure à celle de décembre 2019 (19.000 selon la police, 25.000 à Nantes).

D'autres chiffres des préfectures témoignent d'une mobilisation importante: 36.000 personnes à Toulouse, 26.000 à Marseille, 19.000 à Clermont-Ferrand, 15.000 à Montpellier, 14.000 à Tours, 13.600 à Pau, 12.000 à Perpignan et Orléans, 9.000 à Angoulême, 8.000 à Châteauroux, 6.500 à Mulhouse et Périgueux.

Des sapeurs-pompiers sont présents dans le cortège parisien

Des milliers de personnes sont réunies sur la place de la République à Paris pour la manifestation. Parmi elles, les pompiers de Paris.

Des sapeurs-pompiers font partie des manifestants à Paris.
Des sapeurs-pompiers font partie des manifestants à Paris. © RMC / Victor Joanin
Alerte info

Le cortège parisien s'élance

La manifestation parisienne s'élance avec une grosse vingtaine de minutes de retard, avec en tête de cortège les leaders syndicaux suivis d'un cortège de politiques.

44,5% des effectifs totaux d'EDF en grève à la mi-journée

Chez EDF, 44,5% des effectifs totaux sont en grève à la mi-journée. C'est plus que le 5 décembre 2019, quand 36,5% des salariés étaient en grève à la mi-journée contre le précédent projet de réforme des retraites.

(Victor Joanin)

Le cortège parisien est prêt à s'élancer

Le cortège parisien va bientôt s'élancer depuis la place de la République en direction de la place de la Nation via la place de la Bastille. La place de la République déjà comble avant le départ, à 14h: le cortège de tête se trouve au niveau du cirque d’Hiver et sa clôture au niveau de la porte Saint-Martin, soit 1,2 km de cortège.

La mobilisation est "au-delà de ce qu'on pensait", dit Laurent Berger

La mobilisation contre la réforme des retraites "est au-delà de ce qu'on pensait", s'est félicité le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, au début de la manifestation parisienne jeudi alors que son homologue de la CGT Philippe Martinez estimait que "le million de manifestants allait être dépassé". "On est clairement sur une forte mobilisation", a déclaré Laurent Berger. "Cette mobilisation est réussie", s'est pour sa part réjoui Philippe Martinez, saluant "une union des syndicats, gage de confiance pour les salariés".

Marseille: 26.000 personnes dans la rue selon la police, 140.000 selon les manifestants

Selon les chiffres de la préfecture de police, à la mi-journée, 26.000 personnes sont descendues dans la rue à Marseille. Ils étaient 140.000 selon les manifestants.

Taux de grévistes à 46,3% à la SNCF

Le taux de gréviste atteint 46,3% ce jeudi à la SNCF pour la première journée de mobilisation contre la réforme des retraites, qui entraîne de nombreuses annulations de trains, notamment de trains régionaux, a appris l'AFP de source syndicale.

Dans le détail, on compte 77,4% de grévistes chez les conducteurs de trains de voyageurs, 50,8% chez les contrôleurs ou encore 48,4% chez SNCF Réseau, où travaillent les aiguilleurs et les agents chargés de la maintenance des voies.

Selon les premiers chiffres, des niveaux comparables à décembre 2019

Les premiers chiffres remontés par les préfectures, recensés par l'AFP, attestent d'une mobilisation importante: au moins 30.000 personnes ont ainsi défilé à Toulouse, 6.500 à Mulhouse, 6.000 à Tarbes, 4.000 à Nice comme à Belfort.

Des niveaux comparables à ceux du 5 décembre 2019: au démarrage de la contestation contre le précédent projet de réforme des retraites, la police avait compté 806.000 manifestants en France, la CGT 1,5 million.

Education nationale: les chiffres du ministère très inférieurs à ceux des syndicats

La mobilisation nationale contre la réforme des retraites se traduit par un taux d'enseignants grévistes de 42,35% dans le primaire et de 34,66% dans le secondaire (collèges et lycées) selon le ministère, bien en-deçà des chiffres des syndicats. Le Snes-FSU, premier syndicat du secondaire, a annoncé jeudi un taux de 65% des professeurs de collèges et lycées grévistes, et le Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, recense 70% d'enseignants grévistes.

Plus d'informations ici.

"La bataille est perdue par le gouvernement", lance Jean-Luc Mélenchon

"La bataille est perdue par le gouvernement", a lancé Jean-Luc Mélenchon le chef de file de La France insoumise qui défile dans le cortège marseillais ce jeudi.

"Il faut prendre la mesure de ce que représente la grève. Pour tous les manifestants, c'est une journée qui n'est pas payée, c'est donc un énorme effort que fait la population active", a-t-il ajouté.

Plus d'informations ici.

A Marseille, l'un des deux cortèges s'est élancé porte d'Aix

L'un des cortèges marseillais s'est élancé porte d'Aix à Marseille malgré un mistral glacial. Il doit se joindre à un second cortège Cours Lieutaud.

Les deux cortèges doivent ensuite converger ensemble en direction de La Castellane.

"La réforme arrive au pire moment après plusieurs années de crise et d'efforts des Français", assure à RMC Sylvain, un employé de Airbus Hélicoptères rencontré dans le cortège.

Trafic fluide en Île-de-France malgré le manque de transports

Les Franciliens ne se sont pas reportés en masse sur la voiture en ce jour de grève des transports en transports en commun. Il y a même moins de bouchons qu'un jour habituel en Île-de-France, comme on peut le voir sur les données officielles "Sytadin" de la direction des routes d'Île-de-France.

65% de grévistes dans les collèges et lycées

Le mouvement de grève, dans le cadre de la mobilisation nationale contre la réforme des retraites ce jeudi, est suivi par 65% des professeurs dans les collèges et lycées, selon le syndicat SNES-FSU. "Avec des pics à plus de 80% dans certains établissements", précise-t-il, et des collèges fermés dans plusieurs académies.

Une France vidée de ses trains

Comme l'indiquent des données en direct accessibles en open-source, à 10h40, 187 trains au lieu de 604 prévus étaient en train de circuler sur le territoire.

Moins de 2% de stations-service à court d'un carburant

Moins de 2% des stations-services françaises étaient jeudi matin à court soit d'essence soit de gazole, un léger mieux par rapport au début de semaine, les Français ayant été appelés à éviter de faire des pleins de précaution.

Jeudi à 9h30, 1,95% des stations étaient en pénurie d'au moins un carburant, selon des données publiques analysées par l'AFP. Lundi, elles étaient 3,75% à être concernées.

Géographiquement, les difficultés touchent en premier lieu la région parisienne, avec les Hauts-de-Seine comme premier département concerné (9,64% des stations touchées) suivi de la Seine-Saint-Denis (8,89%).

Viennent ensuite dans l'ordre la Mayenne (8,77%), le Val-d'Oise, le Nord, les Yvelines, le Val-de-Marne, l'Oise, le Pas-de-Calais et l'Aisne (4,35%).

Des lycéens réunis à Paris: "On est là pour protester contre Macron et tout son monde et faire entendre nos revendications"

Environ 200 lycéens sont réunis ce jeudi matin devant le lycée Turgot, dans le 3e arrondissement de Paris. Des élèves de ce lycée et d'autres établissements parisiens.

Lycée Turgot (Paris)
Lycée Turgot (Paris) © RMC

"On est mobilisé pour protester contre la réforme des retraites et plus généralement les réformes néo-libérales du gouvernement, les réformes lycéennes, contre la casse de l’hôpital… On est là pour protester contre Macron et tout son monde et faire entendre nos revendications, pour un monde plus juste, plus égalitaire, plus respectueux de la nature, plus écologique et où on n’a pas besoin de crever au travail comme ce qu’on essaye de nous faire faire", explique Léon, 16 ans, dans "Les Grandes Gueules" sur RMC.

"J’ai 16 ans, la retraite ça me concerne pour deux raisons, ajoute-t-il. Déjà, un jour, je risque d’y être. Et aussi parce qu’il faut être solidaire avec nos anciens. Ce sont des conditions de travail et de fin de vie qui sont inadmissibles et qu’on ne peut pas laisser passer. Protester contre cette réforme des retraites, ça permet de protester contre le gouvernement Macron, de faire monter la classe ouvrière en puissance, de faire changer le rapport de force. J’aimerais bien ne pas partir à la retraite à 67 ans. Ce monde, il faut le changer, mais il faut être réaliste. Lutter contre les retraites, contre le gouvernement Macron, c’est justement m’occuper de mes études, de la précarité étudiante, de Parcoursup… L’immense majorité des Français est contre (la réforme des retraites). Ce qui est illégal n’est pas nécessairement immoral. Beaucoup de mes professeurs sont en grève. C’est une forme d’incitation, mais on n’a pas eu de discussion avec eux sur ce sujet."

(avec Nicolas Ropert)

Plus d'informations ici.

Solène, infirmière libérale, dans "Les Grandes Gueules" sur RMC: "On se trompe de combat !"

A Toulouse, le cortège s'est élancé

A Toulouse, le cortège de la manifestation contre la réforme des retraites s'est rassemblé tôt ce jeudi matin a constaté un reporter de RMC, alors que le départ était prévu à 10h.

Les forces de l'ordre sont déjà positionnées aux endroits stratégiques du passage de la manifestation.

Des salariés du public, dont des cheminots, du personnel hospitalier et des enseignants sont attendus en tête du cortège.

Mais de nombreux salariés du privé doivent aussi défiler, notamment des milliers venus de l'industrie aéronautique, d'Airbus ou encore Thalès derrière une banderole: "Tous unis contre ce projet de réforme".

La réforme des retraites "canalise tous les mécontentements" selon Philippe Martinez

La réforme des retraites "canalise tous les mécontentements" en France, a estimé le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez ce jeudi, jour de mobilisation massive contre ce projet phare du gouvernement, face auquel l'unité syndicale est la preuve que "le problème est très grave".

"Cette question des retraites canalise tous les mécontentements", a déclaré le n°1 de la CGT interrogé sur Public Sénat, quelques heures avant le coup d'envoi des manifestations dans plus de 200 villes pour dire non au recul de l'âge légal de départ à la retraite de 62 à 64 ans.

Ces manifestations sont "le reflet médiatique de ce mécontentement", mais les personnes qui feront grève sans battre le pavé feront aussi partie des indicateurs d'une mobilisation "forte", selon lui.

"Aujourd'hui, ça va être une très grosse journée de mobilisation, de surcroît quand tous les syndicats sont d'accord", a ajouté le leader syndical. "C'est un vrai marqueur. Quand les syndicats sont d'accord, c'est rare, c'est que le problème est très grave. On est d'accord pour dire que la réforme est injuste", a-t-il poursuivi.

Alerte info

"Ce pays ne se gouverne pas avec des slogans": le tacle de Berger (CFDT) à Macron sur RMC-BFMTV

"L'opinion est plutôt opposée à la réforme et on nous a dit qu'il ne fallait pas d'irresponsables d'un côté. Moi je n'accepte pas ça. J'ai entendu qu'il ne fallait pas que ce soit le camp de l'irresponsabilité qui gagne. C'est le président de la République qui l'a dit. Je vous le dit: c'est inacceptable."

"Il n'y a pas d'un côté les intelligents, ceux qui savent, et qui peuvent dire ce qui est irresponsable ou pas, et de l'autre le camp de l'irresponsabilité dont la CFDT qui ne comprendrait pas les enjeux. Ce pays ne se gouverne pas avec des slogans", lance Laurent Berger face à Apolline de Malherbe ce jeudi sur RMC-BFMTV, avant d'en remettre une couche quelques minutes après.

"Vous croyez qu'on est des centaines de milliers de crétins?"

"Vous croyez qu'il y aura dans la rue des centaines de milliers d'irresponsables qui se moquent de nos finances publiques, de notre société? Vous croyez qu'on est des centaines de milliers de crétins, et sans doute des millions vu les sondages, qui n'avons pas compris? Il faut arrêter de considérer la société comme ça !", enrage-t-il.

> Ecoutez RMC en direct

Plus d'informations ici.

Entre 70 et 100% de grévistes dans la plupart des raffineries TotalEnergies

Selon la CGT, il y a entre 70 et 100% de grévistes dans la plupart des raffineries TotalEnergies. "Partout, les expéditions ont été suspendues", a indiqué à l'AFP Eric Sellini, coordinateur national du syndicat pour TotalEnergies.

S'il y a des débordements, la CFDT condamnera les violences

Laurent Berger insiste sur le fait qu'il souhaite que ce soit des manifestations qui se déroulent dans le calme et n'est pas favorables aux menaces de coupures d'électricité visant les élus favorables à la réforme:

"La CFDT a toujours condamné toute atteinte aux biens ou aux personnes"

> Ecoutez RMC en direct

Quelle mobilisation ce jeudi?

Sur RMC-BFMTV, Laurent Berger préfère ne pas avancer de chiffres pour la mobilisation de ce jeudi: "Si je dis un million, et qu'il y en a 900.000 on dira que c'est un échec", note-t-il.

Mais le leader de la CFDT se dit "pas très inquiet" du monde qu'il y aura dans les différents cortèges à travers la France.

"Il faut qu'il y ait de grandes manifestations mais je ne suis pas très inquiet, de nombreuses personnes disent qu'elles ne viennent pas d'habitude mais qu'elles vont venir, on sent un mécontentement".

La suite du mouvement sera décidée en intersyndicale ce soir rappelle-t-il.

Alerte info

Les expéditions de Total Energies interrompues sur tous ses sites

Selon l’agence Reuters, les expéditions de Total Energies sont interrompues sur tous ses sites. Les raffineries sont bloquées par les grévistes. "Suite à l’appel à la grève, les expéditions de produits au départ des sites de TotalEnergies sont interrompues ce jour mais TotalEnergies continuera à assurer les approvisionnements de son réseau de station-service et ses clients", a indiqué une porte-parole de TotalEnergies.

Laurent Berger sur RMC: "Il faut une démonstration de force pacifique"

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, est l'invité de RMC-BFMTV ce jeudi, il assure qu'il attend que les Français opposés à la réforme viennent "montrer leur désaccord de façon pacifique".

"Il faut faire une démonstration de force au sens pacifique du terme", lance-t-il face à Apolline de Malherbe.

>> Ecoutez RMC en direct

Des lycéens parisiens gazés par la police devant leur établissement

Des échauffourées ont éclaté entre des élèves du lycée Hélène Boucher (20e arrondissement de Paris), qui tentent ce jeudi de bloquer leur lycée, et des policiers, a appris RMC.

Selon nos informations, c'est en installant des banderoles et des pancartes contre la réforme devant les portes de l'établissement, que des lycéens ont été gazés par des policiers rapidement dépêchés sur place.

"C'est illégal ce que fait la police", déplore une lycéenne au micro de RMC, alors que les élèves doivent rejoindre le cortège parisien à 14h.

Plus d'informations ici.

Alerte info

Les baisses de production d'électricité par les grévistes s'intensifient fortement

Les baisses de production d'électricité organisées par des agents EDF pour contester le projet gouvernemental sur les retraites se sont fortement intensifiées ce jeudi, atteignant au moins l'équivalent de deux fois la consommation de Paris, selon la CGT et le gestionnaire des lignes à haute et très haute tension RTE. "C'est le début de la lutte jusqu'au retrait!!", écrit la fédération CGT Mines Energie dans un tract sur les réseaux sociaux, annonçant "plus de 7.000 MW de baisse de production sans aucun impact sur les usagers".

Plus d'informations ici.

Une ligne de métro fermée à Paris, douze autres très perturbées

Le trafic des métros et RER de la RATP en région parisienne est "très perturbé" jeudi, première journée de mobilisation contre la réforme des retraites, avec une ligne de métro totalement fermée et douze autres ne fonctionnant, parfois partiellement, qu'en heures de pointe.

Dans le détail, la ligne 8 est complètement fermée. Les lignes 10 (sur toute sa longueur) et 11 (seulement sur un tronçon) fonctionnent aux heures de pointe matinales, alors qu'elles devaient être initialement fermées.

Les lignes 2, 3, 5, 6 et 13 ne sont ouvertes qu'aux heures de pointe - de 07H30 à 09H30 et de 16H30 à 19H30 - sur certains tronçons, avec des fréquences variant de 1 rame sur 2 à 1 rame sur 5.

Les lignes 3bis, 7, 7bis, 9 et 12 fonctionnent également aux heures de pointe, sur toute leur longueur, avec des fréquences variables. La ligne 4, partiellement automatisée, roule toute la journée jusqu'à 22H15, avec 1 rame sur 2 aux heures de pointe et 1 rame sur 4 aux heures creuses. Les lignes 1 et 14, automatisées, fonctionnent normalement, la RATP mettant en garde contre un risque de saturation.

Sur toutes ces lignes, un certain nombre de stations restent fermées, comme Alésia, Bastille, Gare de l'Est, Montparnasse-Bienvenüe, Pigalle, Place d'Italie ou République.

On ne compte qu'un train sur 2 aux heures de pointe pour le RER A et 1 train sur 4 en heures creuses, avec une fin de service aux alentours de 21H00.

Seul 1 train sur 2 circule aux heures de pointe et 1 train sur 3 aux heures creuses sur la partie sud du RER B exploitée par la RATP - qui fermera tôt, également -, l'interconnexion n'étant pas assurée avec la partie nord (SNCF).

La situation est meilleure pour les autobus, avec 2 passages sur 3 à Paris et en petite couronne, mais tout de même une douzaine de lignes interrompues.

Côté tramways, la RATP prévoit un trafic normal sur les lignes T6 et T8, de légères perturbations sur les T1 et T3a, un trafic perturbé sur les T2, T3b et T7, et le plus de problèmes sur la T5 avec 1 rame sur 2.

Eric Woerth sur RMC: "Il n’y a jamais de bon moment pour faire des réformes impopulaires"

Eric Woerth, député Renaissance et ancien ministre du Travail, dans "Apolline Matin"

"En 2010, il y avait sans doute moins d’opposition à la réforme. L’opinion publique n’est plus la même, elle est plus sensible, épidermique. Il n’y a jamais de bon moment pour faire des réformes impopulaires. Celle-là, elle est par principe impopulaire. Pourtant, c’est nécessaire. Un gouvernement ne peut pas faire que des réformes populaires. Il ne peut pas indexer uniquement ses réformes sur l’opinion publique. Il est garant du modèle social français. Et cela passe aussi par le financement des retraites."

>> Ecoutez RMC en direct

Marseille: la gare Saint-Charles presque vide

Les images de la gare Saint-Charles quasi déserte ce jeudi matin, avec notre reporter à Marseille Estelle Henry.

Saint-Charles
Saint-Charles © RMC
Saint-Charles
Saint-Charles © RMC

Des milliers de personnes attendues à Toulouse

A Toulouse, la manifestation contre la réforme des retraites est prévue à 10h. Des milliers de personnes sont attendues. Et notamment des salariés d’Airbus.

"On sera dans la rue parce que cette réforme, on n’en veut pas, explique sur RMC Dominique Delbouis, coordinateur FO Airbus. Les salariés d’Airbus n’en veulent pas sur le fond et sur la forme. On ne change pas les choses en imposant les changements aux salariés. Tout le monde sera mobilisé contre cette réforme."

Chantal, auditrice RMC: "Je suis contente de manifester aujourd'hui"

Appelez au 32 16 pour témoigner sur RMC, comme Chantal par exemple ce matin

"On se barricade": l’inquiétude d’un commerçant parisien avant la manifestation

Alexis Wargon, commerçant boulevard du Temple (Paris), sur RMC:

"On a fermé plus tôt hier soir. Le problème, c’est que je suis sur le parcours de toutes les manifestations. On se barricade. Ce qui coûte, c’est l’installation des panneaux, et le manque à gagner. J’ai des salariés, je leur ai donné leur journée. Je ne suis pas rassuré, je m’attends au pire systématiquement. A long terme, c’est évident que je risque d’être renvoyé par l’assurance. On est autant exaspéré par les grandes manifs qui dégénèrent que par les petites qui bloquent le boulevard tous les week-end. On aimerait bien d’autres parcours de temps en temps. On a un peu un sentiment d’abandon."

Emmanuel Macron à Barcelone ce jeudi: "Il faut que le président se protège"

Emmanuel Macron se fait le plus discret possible ce jeudi, pour la première journée de mobilisation contre la réforme des retraites. Une discrétion que son entourage trouve cohérente. La Première ministre est au front tandis que le président est en surplomb, c'est dans la logique des institutions, explique l'Élysée.

En pleine journée de grève, le chef de l'Etat sera à Barcelone, en Espagne, pour un sommet franco-espagnol. Logique et politique aussi. "On ne le voit pas et c'est tant mieux", abonde un ministre. Surtout que le sujet est très inflammable. "C’est toujours violent une réforme des retraites", lâche un ténor de la majorité. "Il faut que le président se protège", ajoute-t-il.

>> La discrétion d'Emmanuel Macron en Espagne, pour la première journée de mobilisation

La première manif de certains Français

>> "Je ne sais pas comment ça va se passer": ces Français qui vont manifester pour la première fois

Une intervention surprise d'Elisabeth Borne ce mercredi soir

Elisabeth Borne a défendu son projet de réforme des retraites "porteur de progrès social" lors d'une intervention surprise dans une réunion publique dans le Val-de-Marne, à l'image de sa majorité qui se prépare à l'épreuve de force à la veille des premières manifestations.

La Première ministre n'était pas annoncée devant la petite centaine de personnes conviées par le député Renaissance Mathieu Lefevre dans cette salle du théâtre Watteau de Nogent-sur-Marne. Mais l'important dispositif sécuritaire autour du site laissait entrevoir un invité plus sensible que le ministre du Travail, Olivier Dussopt.

A la veille de la première journée de grèves contre la retraite à 64 ans, qui s'annonce très suivie, la majorité se déploie. "On n'engage pas une réforme des retraites à la légère. Je suis parfaitement consciente que c'est un sujet très délicat, très sensible, qui pose forcément beaucoup de questions à tous les Français", a entamé Elisabeth Borne.

"N'y avait-il pas d'autres moyens pour que ça soit moins brutal pour nous ?", lui a demandé une salariée, contrainte de travailler "un an de plus" avec le projet de réforme. En guise de réponse, la Première ministre s'est dite "déterminée" à "changer le regard que les entreprises portent sur les seniors".

Un sapeur-pompier à la retraite a demandé "pourquoi il n'a pas été possible" d'inclure "d'autres sources de financement" pour équilibrer le système que le report de l'âge légal et l'accélération de la réforme Touraine, "pour réussir un consensus plus large et faire nation". "On a un cap qui est de ne pas alourdir le coût du travail", a répondu la Première ministre.

Un aiguilleur du ciel et "Marcheur de la première heure" a dit ne pas comprendre pourquoi demander à certains salariés "de cotiser 44 ans, alors qu'au bout de 43 ans, je pense qu'ils ont fait le job". "Dans le projet, personne ne devra travailler plus de 44 ans", a répondu Elisabeth Borne. Mais avec sa réforme, a-t-elle assuré, "on n'a jamais eu un système aussi protecteur pour les personnes qui ont commencé à travailler tôt".

(AFP)

Plus de 200 points de rassemblement prévus

Plus de 200 points de rassemblement sont prévus en France, les autorités attendant 550.000 à 750.000 manifestants, dont 50 à 80.000 à Paris. Le cortège parisien s'ébranlera à 14h de la place de la République, direction Nation. Plus de 10.000 policiers et gendarmes seront à pied d'oeuvre, dont 3.500 à Paris, où le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a dit redouter l'afflux d'un "petit millier de personnes" susceptibles d'en découdre.

Après la grève de ce jeudi, quelle suite au mouvement?

Avant même la mobilisation de ce jeudi, les syndicats réfléchissent d'ors et déjà à l'après. Une intersyndicale aura lieu après la manifestation de ce jeudi, à 19h, et doit décider de la suite et d'une date pour une nouvelle mobilisation. Dès lors, plusieurs scénarios sont sur la table.

>>> Découvrez les premières tendances ici

Dans quel état sont les caisses de grève au début de la mobilisation?

Les syndicats se préparent à un mouvement contre la réforme des retraites qui va durer dans le temps. Pour aider les grévistes, les syndicats réactivent leurs caisses de grève, qui n'ont jamais été aussi remplies.

>>> Notre enquête RMC à découvrir ici

Le trafic du métro parisien fortement impacté

Le réseau de métro de Paris sera fortement impacté ce jeudi. Les lignes 8, 10 et 11 seront fermées toute la journée, alors que le reste du réseau circulera uniquement en heure de pointe avec un trafic très dégragé. Seules les lignes 1 et 14 circuleront normalement.

À Marseille, la ligne 1 circulera, avec des fréquences de train fortement rallongées et la ligne 2 sera totalement à l'arrêt, tandis qu'à Lyon, les fréquences seront rallongées sur les lignes A et D, alors que les lignes B et C circuleront normalement. Dans les deux villes, le réseau s'arrêtera prématurément (20h à Marseille, 20h30 à Lyon).

Plus d'informations ici

"Ça sera un jeudi de galère" dans les transports, prévient Clément Beaune

Dans les transports, la journée de jeudi risque de rimer avec galère. À la SNCF, les trains régionaux seront les plus touchés.

Seulement un TER sur 10 circulera en moyenne sur l'ensemble du réseau. "Les clients sont invités à se renseigner sur la circulation de leur train sur l'appli SNCF et sur leur site TER", précise la SNCF.

Aucun train Intercités ne circulera sur le réseau.

Côté TGV, la compagnie assure qu'un train sur 3 circulera sur l'axe Nord, 1 sur 4 sur l'axe Est, 1 sur 5 sur l'axe Atlantique et 1 sur 3 sur l'axe Sud-Est. Enfin, seul 1 Ouigo sur 3 circulera.

Plus d'informations ici

70 % d'enseignants grévistes dans les écoles, selon les syndicats

Côté éducation, il devrait aussi y avoir des perturbations. Dans les écoles, 70 % des enseignants devraient être en grève, d'après le syndicat SNUIPP-FSU.

"C'est une mobilisation très forte. Les parents ont été informés par l’enseignant de leur enfant, ils savent à quoi s'attendre", a expliqué mercredi sur RMC et RMC Story, Guislaine David, co-secrétaire générale et porte-parole du SNUIPP-FSU.

Certaines écoles devraient assurer un service minimum, c'est le cas quand il y a au moins 25 % de grévistes dans une même école. Il y aura quand même "des écoles totalement fermées et où des mairies ne sont pas en mesure d’organiser ce service d’accueil".

Le syndicat pourrait d'ailleurs poursuivre la mobilisation sur d'autres dates ou sous d'autres formes.

Les syndicats espèrent le million

Pour cette grève interprofessionnelle contre la réforme des retraites, les syndicats espèrent une très forte mobilisation.

Dans les centrales syndicales, le cap d'un million de personnes dans les rues partout en France est souhaité.

Une note du renseignement table plutôt sur un nombre total de manifestants compris entre 550.000 et 750.000 personnes et notamment entre 50.000 et 80.000 à Paris.

>> Plus d'informations ici

Journée spéciale sur RMC et RMC Story

ÉVÈNEMENT RMC ET RMC STORY. Alors que les syndicats appellent à une mobilisation massive ce jeudi partout en France contre la réforme des retraites, RMC et RMC Story sont sur le pont, en direct des cortèges pour cette "journée noire". Pour ou contre la réforme, mobilisés ou immobilisés, spécialistes, invités, auditeurs: tous les avis seront sur RMC et RMC Story. Appelez au 32 16 pour témoigner !

>> Journée spéciale "réforme des retraites" sur RMC et RMC Story

Journée spéciale "réforme des retraites" sur RMC et RMC Story
Journée spéciale "réforme des retraites" sur RMC et RMC Story © RMC

Réforme des retraites : la première journée de mobilisation en direct

Suivez en direct avec RMC toutes les infos sur la première journée de mobilisation contre la réforme des retraites, ce jeudi. Tous les syndicats ont appelé à la grève et organisent des manifestations dans dans plusieurs villes, de Marseille à Paris, en passant par Toulouse. La contestation impacte de nombreux secteurs, comme les transports, avec des trafics très perturbés à la SNCF et à la RATP, ou encore l’éducation, avec un fort taux de gréviste, annoncé à 70%, dans les écoles. Les syndicats espèrent rassembler 1 million de personnes dans la rue ce jeudi, pour mettre la pression sur le gouvernement. Elisabeth Borne entendra-t-elle cette contestation ? Olivier Véran, le porte-parole du gouvernement, a appelé à éviter le blocage du pays, à l’issue du Conseil des ministres ce mercredi. La suite de la mobilisation sera également l’un des grands enjeux de la journée.

La rédaction de RMC.fr