RMC

Remise de 30 centimes prolongée: Bruno Le Maire maintient qu'elle s'arrêtera au 1er janvier 2023

Elisabeth Borne a annoncé dimanche soir que la remise de l'Etat de 30 centimes d'euros par litre de carburant allait se prolonger pour deux semaines de plus. Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire a en revanche confirmé ce lundi sur RMC-BFMTV que l'aide s'arrêtera bien en 2023.

Le coup de pouce à la pompe prolongé temporairement. La Première ministre Elisabeth Borne a annoncé dimanche soir que la ristourne de 30 centimes à la pompe de l'Etat allait jouer les prolongations, en assurant que Total allait "également" prolonger sa remise de 20 centimes.

"Nous allons prolonger cette remise sur les carburants jusqu'à mi-novembre et j'ai eu le PDG de Total cet après-midi qui va également prolonger sa ristourne", a annoncé la Première ministre au journal de 20 heures de TF1. La ristourne financée par l'Etat devait baisser à 10 centimes à partir du 1er novembre.

"Chacun comprendra aussi qu'on ne peut pas conserver de manière définitive une subvention aux énergies fossiles"

Invité de RMC-BFMTV ce lundi matin, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire est connu pour ne pas être trop favorable au prolongement de cette aide, et avance les objectifs environnementaux pour expliquer pourquoi il ne faut pas qu'elle dure.

"Elle ne sera pas prolongée à partir du 1er janvier 2023. Qu'elle soit prolongée pendant 15 jours car il y a des difficultés dans les stations-service, chacun peut le comprendre. Chacun comprendra aussi qu'on ne peut pas conserver de manière définitive une subvention aux énergies fossiles, contradictoire avec nos objectifs de décarbonisation et d'accélération de la transition écologique", avance-t-il.

La remise financée par l'Etat devait initialement baisser à 10 centimes à partir du 1er novembre pour deux mois.

Toujours une station sur trois en difficulté

30,1% des stations étaient en rupture d'au moins un carburant au niveau national dimanche, soit un peu plus que samedi (27,3%), avec une situation toujours particulièrement tendue dans le Centre-Val-de-Loire et en Île-de-France. "Les livraisons de carburants sont moins nombreuses le week-end", justifie le gouvernement, qui souligne une amélioration par rapport à dimanche dernier.

J.A.