RMC

Train arrêté en raison des vents violents: "Incroyable la façon dont nous sommes traités par la SNCF"

TEMOIGNAGES - Quelque 230.000 foyers étaient privés d'électricité vendredi matin dans le nord, le centre et l'est de la France, en raison de vent violent, selon un dernier bilan du gestionnaire du réseau de distribution d'électricité Enedis. Une véritable nuit de galère pour bon nombre de Français.

Le pays a été touché jeudi soir et dans la nuit de jeudi à vendredi par une "forte tempête hivernale extrêmement violente". Le vent a atteint dans la nuit, 146 km/h à Dieppe, 138 km/h à Octeville près du Havre, 134 km/h à Méraulte dans la Somme et à Cerisy dans la Manche, 133 km/h à Caen, 108 km/h à Rouen et 102 km/h à Orly. Ce vendredi matin, quelque 230.000 foyers étaient toujours privés d'électricité dans le nord, le centre et l'est de la France, en raison de ce vent violent, selon un dernier bilan du gestionnaire du réseau de distribution d'électricité Enedis.

Et cette tempête a eu des conséquences multiples. Des arbres sont notamment tombés sur les voies SNCF. Résultat: le train reliant Paris à Cherbourg de 18h10 ce jeudi est toujours arrêté en gare. Ce vendredi, RMC a recueilli le témoignage de Jean-Marie qui a dormi à l'intérieur: "On est bloqués en gare de Serquigny (Eure) depuis 20h00. Et ce matin, il neige. On ne sait toujours pas quand on va repartir, si on va repartir en train ou délester autrement. On a absolument aucune information". Et de déplorer aussi: "Il n'y a rien, ni à manger, ni à boire. C'est absolument incroyable la façon dont nous sommes traités par la SNCF! De ne rien dire et de ne pas avoir trouvé, depuis que nous sommes arrêtés, une solution d'alimentation."

Autre conséquence de ces vents violents: 600 passagers sont restés bloqués à l'aéroport de Beauvais (Oise). Parmi eux, Mohamed: "J'ai passé la nuit sur place et il n'y a même pas le minimum de confort. Il n'y a rien. On a eu le droit seulement a du café et quelques gâteaux, c'est tout. Mais même si je suis en colère, je n'ai pas le choix…" Et d'indiquer: "J'ai fait une demande de remboursement de mon billet et je suis en train de chercher un autre aéroport, un autre vol pour aller au Maroc sinon je prends le TGV et je rentre chez moi".

M.R avec Benjamin Smadja