RMC

Vacances d'été: les billets d'avion n'ont jamais été aussi peu chers

La crise sanitaire devrait priver la filière de 252 milliards de dollars de revenus en 2020

La crise sanitaire devrait priver la filière de 252 milliards de dollars de revenus en 2020 - Pixabay

DUPIN QUOTIDIEN - tous les jours à 7h20, on parle éco et conso avec Marie Dupin, dans "Apolline Matin", sur RMC

Plus que quelques jours avant le coup d'envoi officiel des grandes vacances. La majorité des Français vont rester en France et pourtant les billets d'avion ont rarement été aussi peu chers.

Selon une étude du comparateur de vols Skyscanner, les prix des billets d'avion sont en moyenne 25% moins chers qu'en 2019, dernière année de référence.

Par rapport à un été normal, les prix sont beaucoup, beaucoup plus intéressants.

Quelques exemples au départ de Paris vers des destinations très prisées:

  • en moyenne, il faut compter 158 euros au mois de juillet contre 193 euros en 2019 vers l'Espagne.
  • Pour un voyage vers la Tunisie, vous devrez débourser en moyenne 335 euros au mois d'août, c'était 444 euros il y a deux ans.

Et puis pour la Grèce ou Malte, on retrouve à peu près les mêmes écarts de prix.

On voit bien que les compagnies aériennes cherchent à tout prix à faire revenir les voyageurs, à faire voler les avions, et à faire rentrer de la trésorerie quitte à faire peu de marge.

Autre conseil: il vaut mieux réserver au dernier moment ou s'y prendre à l'avance pour ne pas payer trop cher. Pour les vols secs - comme pour le train, il vaut mieux s'y prendre le plus à l'avance possible dès que vous connaissez votre destination et vos dates de voyage.

Autre astuce, si vous avez le courage, réservez plutôt vos billets d'avion en semaine du lundi au vendredi et en pleine nuit entre 1 heure et 4 heures du matin.

Des files d'attentes (très) longues

Dernière question que se posent de nombreux voyageurs: va-t-il être compliqué de prendre l'avion cet été avec les protocoles sanitaires?

Il reste plusieurs restrictions sanitaires, avec le nettoyage des mains au gel hydroalcoolique ainsi que le port du masque obligatoire, ainsi que l'interdiction d'accompagner un voyageur dans le terminal pour lui dire au revoir ou l'aider à porter ses bagages sauf si c'est une personne vulnérable.

Et surtout, on risque de faire beaucoup la queue, d'attendre énormément à cause des contrôles des certificats de vaccinations, des tests PCR, des certificats de quarantaine.... Le pass européen devrait permettre de fluidifier un peu l'attente mais ça prendra forcément plus de temps que d'habitude, surtout pour les voyageurs de retour de destinations dites "rouges" où le virus circule beaucoup.

Marie Dupin (avec X.A.)