RMC

Sous pression, comment le gouvernement veut "adapter" les règles de l'assurance chômage

Face à l'explosion du chômage en mars, le gouvernement a annoncé une "adaptation rapide" des règles de l'assurance chômage.

C'est la conséquence directe de l'arrêt de notre économie: le nombre de chômeurs a explosé au mois de mars en France (+7.1%). Cela représente plus de 246.000 demandeurs d'emploi supplémentaires. C'est "la hausse mensuelle la plus forte observée", selon le service statistiques du ministère du Travail qui a publié ces chiffres.

Le gouvernement s'en défend: la raison principale à cette hausse n’est pas une forte augmentation des licenciements, il s’agit surtout de non-renouvellements de contrats courts et une chute des embauches. 

Face à ces chiffres, le gouvernement a annoncé une "adaptation rapide" des règles de l'assurance chômage. Cela fait plusieurs semaines que les partenaires sociaux appellent le gouvernement à revoir les règles de l’assurance-chômage: les syndicats pour que les salariés soient mieux protégés, les représentants des patrons pour garantir plus de souplesse aux entreprises.

Dans ce but, le gouvernement envisagerait d’annuler les mesures de taxation sur les contrats courts, notamment le système de bonus/malus, selon une source patronale, qui ne cache pas sa satisfaction, mais c’est une piste à prendre avec prudence, car non confirmée par le ministère du travail hier soir.
Le gouvernement avait déjà consenti à suspendre deux mesures défavorables aux chômeurs.

En détricotant ainsi la réforme adoptée l’été dernier, l’exécutif renonce aux trois milliards d’euros d’économies visées au départ… Une somme qui parait finalement dérisoire par rapport à ce que va coûter la crise sociale qui ne fait que commencer.