RMC

Suicide de l'ex-directeur d'école accusé de pédophilie: "L'État va devoir nous rendre des comptes"

Le suicide ce mardi matin de l'ex-directeur de l'école de Villefontaine soupçonné de pédophilie sur une soixantaine d'élèves est "un deuxième coup de couteau dans le dos", se désole sur RMC Nidal, papa d'une victime présumée, âgée de 6 ans au moment des faits.

C'est un véritable coup de massue pour les familles de victimes présumées de l'ex-directeur d'école de Villefontaine, écroué fin mars 2015 pour pédophilie, qui viennent d'apprendre son suicide ce mardi matin dans sa cellule de la prison de Lyon-Corbas. Romain F., 46 ans, était accusé de dizaines de viols sur ses élèves dans les différents établissements où cet homme, déjà condamné en 2008 pour avoir téléchargé des images pédopornographiques, a enseigné. Nidal, le papa d'une petite fille de 6 ans, qui fait partie des 61 victimes potentielles de Romain F., a fait part de sa stupeur et de sa colère, ce mardi sur RMC.

"Un collègue m'a appelé pour le dire. Ça fait 10 minutes que je le sais et je suis dépité", raconte-t-il. Il sait que le suicide du pédophile présumé signifie qu'il n'y aura pas de procès dans cette affaire.

"On attendait beaucoup de ce procès: des vérités, des révélations. Vous imaginez les familles qui sont encore dans le doute et qui le voit partir avec tous ses secrets. On connaissait la lâcheté de la personne et là il nous plante un couteau une deuxième fois".

"M. Hollande et M. Valls, vous allez devoir nous expliquer"

Nidal demande maintenant des explications au plus haut niveau de l'État. "Nous avions demandé à la Garde des Sceaux de l'époque (Christiane Taubira) de faire attention à lui parce qu'on connaissait ses tendances suicidaires. Après sa première tentative au mois d'août, nous les avions une nouvelle fois mis en garde. Et là ce matin, on constate avec effroi qu'il a réussi à se soustraire à la justice. C'est inacceptable. L'État va devoir nous rendre des comptes. On ne les lâchera pas sur ça".

"Je demande solennellement au gouvernement, au président et au Premier ministre de me contacter et de m'expliquer comment ça a pu arriver. M. Hollande et M. Valls, vous allez devoir nous expliquer les yeux dans les yeux pourquoi il y a eu tant de ratés dans cette histoire", interpelle Nidal.

Une enquête a été immédiatement ouverte par le Procureur pour établir les circonstances exactes du décès, a annoncé la chancellerie dans un communiqué. Le Garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas y assure vouloir "faire la lumière sur les circonstances du décès".

"Comment vais-je annoncer ça à ma fille ?"

"Un an après les faits, le traumatisme est encore là", assure Nidal. "Ma fille m'en parle tous les jours. Hier, elle me demandait combien de temps il allait rester en prison. Mais comment je vais lui annoncer qu'il s'est suicidé, qu'elle n'aura jamais le statut de victime puisqu'il n'y aura pas de procès ?", se désespère ce papa qui explique que cette affaire a "bousillé" leur famille. "On ne pensait pas, nous parents, que cela allait avoir une telle incidence. Ça a bousillé la vie de famille, et déséquilibré nos rapports avec nos autres enfants. Professionnellement aussi, on a dû lâcher du lest".

P. G. avec JJ. Bourdin