RMC

Surmédicamentation des personnes âgées: "C'est un vrai sujet de santé publique"

EXCLUSIF - Selon le docteur Eric Baseilhac, membre du LEEM (Les Entreprises du Médicament), interrogé ce mardi par Jean-Jacques Bourdin sur RMC, 71% des plus de 50 ans et 86% des plus de 75 ans prennent des médicaments une ou plusieurs fois par jour.

Quand les médicaments rendent malade. D'après une étude du LEEM (Les Entreprises du Médicament), qui représente les laboratoires pharmaceutiques français, tous les ans, 128 000 hospitalisations seraient dues à une mauvaise prise de traitement. Surdosage, prise inappropriée, mais encore et surtout combinaison malveillante entre plusieurs médicaments. Particulièrement exposées à ce risque: les personnes âgées.

Un Français consomme en moyenne 48 boîtes de médicaments par an

Pour lutter contre ces mésusages, le LEEM lance ce mardi une grande campagne d'information et de sensibilisation. Elle est intitulée: "Médicaments... Et si on changeait de comportement". Invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC, le docteur Eric Baseilhac évoque cette surmédicamentation des personnes âgées. Car, selon cette enquête du LEEM, 71% des plus de 50 ans et 86% des plus de 75 ans prennent des médicaments une ou plusieurs fois par jour, et ce depuis plus de 10 ans dans la moitié des cas. La dose moyenne étant de quatre médicaments par jour. De manière plus générale, selon le LEEM, un Français consomme en moyenne 48 boîtes de médicaments par an.

"C'est un vrai sujet de santé publique, assure ce médecin. On estime par exemple qu'il y a 20% des hospitalisations des patients de plus de 80 ans qui sont liées à un accident médicamentaire. Or, probablement la moitié d'entre-elles pourraient être évitées". Et Eric Braseilhac de rappeler le slogan de la campagne menée par les laboratoires pharmaceutiques: "Les médicaments sont là pour vous aider mais... ils ont parfois du mal à vivre ensemble".

Des mesures d’aide à la prescription

Dans Bourdin Direct, il s'explique: "On veut attirer l'attention des patients, mais aussi des médecins, sur le fait que lorsqu'il y a plus de quatre médicaments sur une ordonnance, il faut faire attention à la manière dont ils interagissent." Il annonce ainsi que "des logiciels permettant d’identifier l’ensemble des médicaments prescrits pour un patient vont être pour la première fois développés afin de détecter les prescriptions inappropriées et les interactions médicamenteuses". Et de détailler: "Les personnes âgées consultent souvent plusieurs spécialistes (ophtalmo, cardiologue,…) et leur médecin traitant aujourd'hui ne peut pas savoir tous les médicaments qu'ils prennent. Ce sont donc ces logiciels qui vont les aider à le savoir".

Le LEEM n'est pas le seul organisme à dénoncer la surmédicamentation des personnes âgées. En janvier dernier déjà l'UFC-Que choisir en avait fait de même en publiant les résultats d'une analyse de 350 ordonnances de patients de plus de 75 ans. En moyenne, ces ordonnances comportaient 8,6 médicaments par patient avec un maximum de 21 pour une seule personne. Pour Eric Braseilhac, il s'agit "du syndrome du mille-feuilles. Je vais voir tel spécialiste pour telle maladie, j'ai un médicament. Tel autre, j'ai un autre médicament. C'est pour cela qu'il faut remettre deux praticiens essentiels au centre du dispositif : le médecin traitant et le pharmacien".