RMC

On le surnommé "l'Instagram du porno": comment fonctionne le réseau social "OnlyFans"?

Tous les jours dans Bourdin Direct, Charles Magnien commente l'actu vue sur les réseaux sociaux.

Déjà 25 millions d’utilisateurs dans le monde… Le réseau social "OnlyFans", lancé au Royaume-Uni en 2016 connait une explosion de sa fréquentation... depuis pendant le confinement.

Le principe est le même qu'Instagram: vous pouvez vous abonner à des comptes de créateurs, d’influenceurs, pour avoir accès à leurs photos et leurs vidéos. La différence, c’est que pour suivre une personnalité, il faut payer. Entre 5 et 50 euros par mois pour suivre une seule personne.

Pourquoi sortir la carte bleue quand Instagram, lui, est gratuit? Car ici, la nudité n’est pas proscrite. Contrairement aux autres réseaux, aucun contenu n’est filtré ou censuré sur OnlyFans. Le succès repose ainsi essentiellement sur les contenus érotiques voire carrément pornographique, même si tous les types de contenus - vidéos humoristiques, musicales, décalées - sont les bienvenus. 

Mais le gros de la production est en réalité réalisé par des jeunes femmes, des influençeuses qui donnent accès à leurs photos et leurs vidéos intimes, en échange d’un abonnement mensuel. Certaines d’entre elles, notamment françaises, assurent y gagner plusieurs milliers d’euros par mois. Ces dernières semaines, l’actrice américaine Bella Thorne a gagné plus d’un million de dollars en une journée en ouvrant son compte sur le réseau, et en promettant d’y publier des contenus "torrides". 

Mais le succès de ce réseau social inquiète, notamment parce qu’il mettrait des mineurs en danger… Officiellement: il n’y a pas de mineurs sur OnlyFans. Le réseau social procède à une double vérification lors de l’inscription: il faut envoyer une photo d’identité et un scan de sa carte d’identité.

Des mesures relativement simples à contourner pour des ados qui se débrouillent un peu en informatique. Au Royaume-Uni, nos confrères de la BBC ont montré que de nombreux mineurs étaient bien inscrits sur OnlyFans, et y publiaient du contenu. Le réseau social est donc accusé de populariser la pornographie auprès des plus jeunes. Et plus grave encore d’inciter notamment les jeunes filles à gagner de l’argent, à monétiser leurs photos ou leurs vidéos intimes…

Charles Magnien avec Xavier Allain