RMC

Vers une application pour smartphones pour "mieux tracer la circulation du virus" en France?

RMC
Edouard Philippe a indiqué que, si "le débat n'est pas clos", cette application aura avant tout un "fondement d'engagement volontaire".

C'était un débat qui avait été ouvert très rapidement: faut-il géolocaliser les smartphones des Français pour mieux contrôler l'épidémie de coronavirus? La Corée du Sud utilise systématiquement ce type d'appli pour pister aussi bien les malades que ceux qui ne le sont pas.

La perspective d'utiliser nos smartphones et leurs données de localisation pour lutter contre le coronavirus n'est plus taboue en France, malgré les inquiétudes quant à son caractère potentiellement invasif dans la vie privée. Abordé dès la fin mars par Emmanuel Macron qui a sollicité l'avis de chercheurs et de médecins sur l'intérêt d'utiliser la géolocalisation pour freiner la propagation du Covid-19, le Premier ministre Édouard Philippe a envisagé mercredi soir à l'Assemblée nationale la possibilité d'une application mobile, téléchargeable à titre volontaire, qui permettrait d'être informé si l'on a croisé une personne touchée par le virus.

"On pourrait peut-être -et je dis peut-être, car le débat n'est évidemment pas clos- sur le fondement d'un engagement volontaire, utiliser ces méthodes pour mieux tracer la circulation du virus et les contacts (...) de chacun", a expliqué le Premier ministre.

Le responsable français est sur la même longueur d'onde que la chancelière allemande Angela Merkel, qui a déclaré mercredi qu'elle serait "bien sûr prête à utiliser" une application permettant aux personnes contaminées de prévenir les gens croisés lors des quinze jours précédents.

Paralelement, Orange a mené avec l'Inserm une première étude des mouvements de population à l'échelle nationale. Concrètement, l’opérateur transmet à l’institut les données de géolocalisation de ses clients - des données anonymisées - via les 50.000 antennes relais qui maillent le territoire. Ce qui permet de constituer une carte, méthode déjà utilisée dans le secteur du tourisme. Résultat: on a pu voir des déplacements augmenter de 30% autour de l'Ile de Ré, par exemple, malgré le confinement.

La rédaction de RMC (avec AFP)