RMC

Un marin pêcheur français soupçonné d'être un passeur arrêté: "On n'y croit pas, c'est impossible"

-

- - AFP

Un jeune marin pêcheur français soupçonné d'organiser avec plusieurs complices des passages illégaux de migrants vers l'Angleterre a été arrêté lundi à Dunkerque.

Coup de filet à Dunkerque. 8 passeurs ont été interpellés en flagrant délit en début de semaine. Il s'agit d'un marin-pêcheur français arrêté sur une plage, lundi, alors qu'il s'apprêtait à faire passer des migrants, et de 7 autres complices (dont 5 Albanais et un Vietnamien), qui ont été placés en garde à vue.

Le réseau proposait une liaison grande vitesse, en Zodiac, pour gagner les côtes britanniques, et cela depuis plusieurs mois. 90km, 45 minutes de traversée: le tout facturé entre 10.000 et 12.000 euros par migrant embarqué. Le passeur français aurait touché une commission de 1.000 euros par passager, selon des informations de la police. Le jeune homme travaillait sur un chalutier à Dunkerque, et était bien connu des autres marins.

"Je le connais depuis 10 ans, et son papa depuis 35 ans", confie Philippe Nowé, le président du comité des pêches. "C’est une famille de pêcheurs. On n’y croit pas, c'est impossible... Toutes les nuits, il est avec nous. Il s’est fait peut-être fait embobiner par un réseau, l’appât du gain…"

"On est au bord du crime maritime"

Les passeurs tentent de contourner près de 1200 policiers, postés près du tunnel sous la manche. Traverser la nuit, en bateau, constitue une nouvelle route qui ne surprend pas Clair Billo. "Je pensais que certains le faisait avec des voiliers ou des petits bateaux de pêche", explique cette femme qui aide les migrants. "Des Zodiacs sur un radar cela passe inaperçu. On sait que des routiers se font pas payer, pourquoi pas ceux qui ont un bateau? Bien sûr que ça peut être alléchant".

"On est au bord du crime maritime", dénonce de son côté Marcel Charpentier, directeur du chantier naval de Calais. "C’est jouer avec la vie des gens, risquer de les noyer. Quand on voit ce qu’il se passe en Méditerranée, il faut absolument éviter que, dans le détroit du Pas-de-Calais, on arrive à des délires comme cela."

Le jeune marin pêcheur, ainsi que les 7 autres mis en cause pourraient être présentés à un juge d'ici à vendredi. Depuis le début de l'année dans la région de Calais, les forces de l’ordre ont effectué 643 interpellations, contre 560 pour la même période l'année passée, selon la (Préfecture). Bernard Cazeneuve parle d’une trentaine de filières démantelées dans la région et de 200 au niveau national.

Pierre Rigo