RMC

Un souverainiste appelle à un rassemblement avec le FN pour 2012

Le souverainiste Paul-Marie Coûteaux appelle à une alliance pour les élections législatives de 2012 avec le Front national de Marine Le Pen et Debout la République de Nicolas Dupont-Aignan, notamment. L'appel de l'ex-député européen s'adresse également au

Le souverainiste Paul-Marie Coûteaux appelle à une alliance pour les élections législatives de 2012 avec le Front national de Marine Le Pen et Debout la République de Nicolas Dupont-Aignan, notamment. L'appel de l'ex-député européen s'adresse également au - -

PARIS (Reuters) - Le souverainiste Paul-Marie Coûteaux appelle à une alliance pour les élections législatives de 2012 avec le Front national de Marine Le Pen et Debout la République de Nicolas Dupont-Aignan, notamment.

par Gérard Bon

PARIS (Reuters) - Le souverainiste Paul-Marie Coûteaux appelle à une alliance pour les élections législatives de 2012 avec le Front national de Marine Le Pen et Debout la République de Nicolas Dupont-Aignan, notamment.

L'appel de l'ex-député européen s'adresse également aux cadres et parlementaires de l'UMP dont beaucoup ne pourront éviter à ses yeux une déroute au scrutin législatif si le FN maintient ses candidats contre eux.

"120 députés UMP sont assurés d'être battus en cas de triangulaires", a dit Paul-Marie Coûteaux jeudi à Reuters.

Elu député européen en 1999 sous les couleurs du RPF de Charles Pasqua puis du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers, Paul-Marie Coûteaux est la première personnalité à répondre au projet de Marine Le Pen de "rassemblement à vocation majoritaire" pour 2012.

Il avait soutenu Jean-Pierre Chevènement lors de la présidentielle de 2002 et anime actuellement le Rassemblement pour l'indépendance de la France (RIF).

Selon lui, toute la famille souverainiste peut se retrouver en 2012 autour d'un "programme minimal de Salut public" et d'une "large alliance des patriotes".

Marine Le Pen a parlé d'ouvrir le futur rassemblement, qui ne se présenterait plus aux législatives sous l'étiquette FN, à des individualités.

Mais Paul-Marie Coûteaux estime que la nouvelle chef de file du FN, qu'une série de sondages voient se qualifier au second tour de la présidentielle après une forte poussée aux cantonales, à tout intérêt à nouer des alliances.

EN POSITION DE FORCE

"Elle est en position de force, mais elle a besoin de partenaires. Cela suppose des alliances", dit-il. "Il faut que le FN arrive à se dépasser lui-même, il faut qu'elle rentre dans des alliances", insiste-t-il.

Prié de dire si, à ses yeux, le FN est devenu un parti fréquentable, Paul-Marie Coûteaux constate "l'écho croissant que reçoit" sa présidente "dans les composantes les plus diverses du peuple français" et "se félicite des évolutions qu'elle a su engager en peu de temps".

Il souligne qu'il aurait pu "signer des deux mains" le discours de Marine Le Pen lors de son élection en janvier dernier à la tête du parti, où elle a succédé à son père.

La dirigeante du FN avait insisté sur le caractère "républicain" de sa formation et mis en avant la notion "d'Etat fort" en introduisant des thèmes sociaux jusque-là peu développés par Jean-Marie Le Pen.

Mais Paul-Marie Coûteaux estime qu'au-delà des discours, le parti d'extrême droite a lui aussi changé. "Il a renouvelé sa base militante, beaucoup de jeunes sont arrivés", dit-il.

Outre la montée du FN, l'ancien député européen estime que la forte abstention et l'importance du vote blanc montrent bien que "l'offre politique" actuelle "ne répond pas à l'attente des Français".

Il précise être en contact constant avec les leaders souverainistes, de Philippe de Villiers à Jean-Pierre Chevènement, et avoir rencontré Marine Le Pen, notamment au parlement européen où cette dernière siège.

Edité par Patrick Vignal

REUTERS