RMC

Une carte à champignons suscite la colère des cueilleurs: "Quand on va en forêt, on ne va pas chasser des Pokémons"

-

- - PHILIPPE HUGUEN / AFP

TEMOIGNAGE - Grand amateur de champignons, Christophe Boutet a eu un jour une idée : partager sa passion avec tous les Français. Ce directeur d’une école d’informatique de Besançon a alors créé une carte interactive permettant à tous les internautes de partager leurs "coins à champignons". Une idée critiquée ce vendredi sur RMC.fr par Nicolas, 23 ans, cueilleur dans l'Orne.

"C'est un peu dommage de mettre en ligne une telle carte. Il y a une perte de sensibilité. C'est beaucoup moins poétique d'aller cueillir des champignons avec son téléphone. Aller aux champignons c'est un geste qui, pour moi, est un peu intemporel. Quand on y va, on est un peu relié à quelque chose d'assez primitif. On redevient cueilleur comme dans les temps primitifs.

"Internet abîme un peu la chose"

Je pense que celui qui a mis en ligne cette carte n'a pas tout compris aux champignons. Quand on va en forêt, on ne va pas chasser des Pokémons. On y va pour s'éloigner du monde, des gens. Le problème, c'est qu'on n'arrive plus à apprendre à regarder les choses. Il faut forcément avoir un téléphone avec soi. Cela peut aussi poser un autre problème, c'est que cela peut inviter des gens, qui n'y connaissent rien, à aller à tel point et ramasser tous les champignons présents. Sauf que certains ne sont pas comestibles et cela pourrait apporter des problèmes.

Moi, ça ne me gêne pas que des gens le fassent. Ce n'est pas une affaire d'Etat non plus. C'est juste que c'est un peu dommage. On perd quelque chose je trouve. Internet abîme un peu la chose. Je peux comprendre l'argument de vouloir démocratiser la cueillette de champignons car c'est un moment sympa, amusant. Moi-même, j'y vais parfois avec des copains pas forcément passionnés.

"Il faut apprendre à regarder, à savoir où les trouver"

Ce n'est pas tant pour garder le secret des coins que c'est gênant, c'est juste que c'est beaucoup moins poétique. Quand on y va sans téléphone, on apprend à regarder le paysage. Il y a tout un éveil des sens. Il faut apprendre à regarder, savoir où les trouver, savoir que le cèpe pousse plutôt sous du hêtre ou du chêne. On apprend à reconnaître les essences. Il faut apprendre à le faire et éventuellement avec un bouquin mais pas avec son smartphone. Maintenant quand on partira en famille, il va falloir vérifier que l'on a bien son couteau, son panier et son smartphone. C'est vraiment regrettable.

Je suis en plus à peu près sûr que cette carte interactive ne fonctionne pas. Les coins à champignons se sont presque une légende. Aujourd'hui, on abîme tellement la forêt. Il y a une gestion qui fait que la forêt change, qu'elle est en perpétuelle évolution. Les arbres grandissent, poussent, on les coupe… Tout ça fait que le sol est complètement différent d'une année sur l'autre. On ne retrouve donc pas forcément les champignons aux mêmes endroits une année sur l'autre. Ce n'est pas sûr à 100%. En fait, il faut parcourir la forêt pour trouver des champignons".

propos recueillis par Maxime Ricard