RMC

Vente de la maison des Dupont de Ligonnès: "Quand on est sur la terrasse ça doit faire bizarre"

La maison où les corps de la famille de Ligonnès ont été retrouvés a été vendue

La maison où les corps de la famille de Ligonnès ont été retrouvés a été vendue - JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

La maison nantaise où les corps de l'épouse et des quatre enfants de Xavier Dupont de Ligonnès avaient été retrouvés en 2011 a été vendue 200 000 euros, deux fois moins cher que le prix du marché. A Nantes, aucun riverain n'a voulu se porter acquéreur. Reportage.

A vendre, maison rénovée, cinq chambres, un jardin: 200 000 euros. Une annonce alléchante car deux fois moins cher que le prix du marché (elle était initialement mise en vente à 450 000 euros, ndlr) . Pourtant, ce bien a mis longtemps a trouver un acquéreur. Et pour cause, cinq corps y ont été retrouvés le 21 avril 2011. Il s'agissait des corps d'Agnès Dupont de Ligonnès et de ses quatre enfants âgés de 13 à 20 ans avaient été retrouvés ensevelis sous la terrasse de la maison louée par la famille. Mais, alors que Xavier Dupont de Ligonnès, le père de famille, principal suspect dans cette affaire, est toujours recherché par la police judiciaire, un compromis de vente a enfin été signé fin janvier et le couple qui a acheté cette maison devrait récupérer les clefs sous peu.

Mais dans le quartier du Rond Point de Rennes, à Nantes, où se trouve la maison, aucun des riverains n'a voulu se porter acquéreur car encore très marqués par le fait-divers. "Je ne l'aurai pas acheté car il y a encore trop de mauvaises ondes", estime l'un d'eux rencontré par RMC. Un autre explique: "Si elle est hantée… Je n'achète pas une maison où il y a eu des drames après ça me poursuit". "Quand vous recevez des amis, les gens doivent vous dire : 'Tiens, c'est là que ça s'est passé'. Le sujet de conversation aurait toujours été ressassé. On n'oublie pas, on ne peut pas oublier dans une maison comme ça… Quand on est sur la terrasse ça doit faire bizarre", justifie cette riveraine.

Plus de curieux que d'acheteurs motivés

"Quand on sait que tout le monde a été enterré dans le jardin… En plus, c'étaient mes clients. Je me souviens encore de leurs têtes, leurs visages... Prendre la maison en sachant ce qu'il a fait, non", affirme de son côté Lisa dans Bourdin Direct. L'agence immobilière qui s'est occupée de la vente ne fait pas de commentaires à ce sujet car elle a été harcelée de coups de fils comme les autres agences environnantes.

"Nous avons eu beaucoup d'appels de curieux. Certains se disaient intéressés par rapport au prix mais on savait que c'était par pure curiosité. Et puis, dans le quartier cela a beaucoup parlé et même de rentrer dans la maison… Cela ne nous tentait pas du tout d'avoir à vendre cette maison", confie une responsable d'agence voisine. C’est finalement un couple qui va s’installer prochainement dans cette maison où toutes les traces du drame ont été effacées. Une peinture gris camaïeu a remplacé les tapisseries des années 80, les moulures au plafond ont été refaites, le parquet nettoyé. Même la porte d’entrée a été repeinte pour effacer les traces de scellés.

Maxime Ricard avec Amandine Dubiez