RMC

Vie extraterrestre: "On n'est pas franchement l'espèce la plus prête à partager notre territoire"

Christophe Galfard, docteur en physique théorique et spécialiste de l’origine de l’Univers, a réagi ce vendredi à l'annonce de la Nasa de la découverte d'une planète ressemblant à la terre dans une autre galaxie. Il a également présenté le projet de recherche de vie intelligente dans l'espace lancé le 20 juillet par Stephen Hawking.

Elle s'appelle Kepler 452b et possède les mêmes caractéristiques que la terre. Cette exoplanète (une planète hors de notre système solaire) a été présentée jeudi par la Nasa. Située à 1.400 années-lumière de la Terre, cette exoplanète de se situe à la même distance de son étoile que la Terre du soleil. Il pourrait donc être possible d'y trouver de l'eau à l'état liquide, ce qui permettrait l'existence de la vie telle que nous la connaissons, a annoncé la Nasa. "1.400 années-lumière, ça veut dire que si vous passez un coup de fil maintenant (vers cette planète), votre signal s'envoie dans l'espace et fait sonner votre téléphone là-bas dans 1.400 ans", explique Christophe Galfard, docteur en physique théorique et écrivain, invité ce vendredi de Bourdin Direct. Par rapport à un Paris-Lille, c'est gigantesque, (…) mais par rapport à notre univers en entier c'est vraiment la porte à côté".

"On va essayer de voir si dans l'espace quelqu'un envoie des signaux"

Cette annonce de la Nasa intervient quelques jours après le lancement, le 20 juillet, par le célèbre astrophysicien britannique Stephen Hawking, d'un programme ambitieux visant à observer les confins de l'espace à la recherche d'une vie intelligente extraterrestre. Soutenu par le physicien et entrepreneur russe Yuri Milner, ce projet de 10 ans, baptisé "Breakthrough Listen" est doté de 100 millions de dollars (92 millions d'euros). C'est le plus ambitieux projet jamais entrepris pour trouver un signe d'intelligence extraterrestre.

"On va essayer de voir si dans l'espace quelqu'un envoie des signaux", résume Christophe Galfard, qui est un disciple de Stephen Hawking. "Ce genre de projet existe depuis longtemps, mais pour l'instant cela n'a rien donné. Il y a aujourd'hui le projet SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence), mais ce projet prend les étoiles une par une pour tenter de trouver un signal venant d'une planète alentour. Nous, dans notre projet, nous allons regarder des centaines de milliers d'étoiles dans différentes galaxies pour voir s'il n'y a pas un signal qui nous arrive. Avant il fallait avoir un coup de bol monstrueux pour tomber dessus. Là, un peu moins", s'enthousiasme ce spécialiste des trous noirs et de l’origine de l’Univers.

"Si une autre espèce arrive jusqu’à nous, il y a des chances qu'elle soit sacrément plus évoluée que nous"

Et nous terriens, devons-nous envoyer des signaux depuis la terre vers l'espace ? Christophe Galfard ne s'est pas franchement montré emballé par cette perspective d'attitre vers la terre une éventuelle espèce extraterrestre. "On n'est pas franchement l'espèce la plus prête à partager notre territoire. Dès qu'on a découvert d'autres civilisations, la première chose que l'on a faite c'est les exterminer. Si une autre espèce arrive jusqu’à nous, il y a des chances qu'elle soit sacrément plus évoluée que nous et que notre propre existence ne pèse pas pour grand-chose dans cette rencontre".

Philippe Gril avec Adrien Borne