RMC

Vitesse réduite sur des routes d'Ile-de-France: "Le but ? Flasher encore un peu plus"

-

- - Damien Meyer - AFP

De 130 à 110, de 110 à 90… La vitesse est réduite de 20 km\/h sur une cinquantaine de kilomètres de routes nationales et d'autoroutes d'Ile-de-France, à partir de ce lundi. Le but est de réduire la pollution sonore et atmosphérique et d'améliorer la sécurité. Une décision qui n'est pas du goût de tout le monde.

Avec les vacances d'été le trafic va progressivement diminuer, mais ce n'est pas pour autant que les automobilistes d'Ile-de-France vont pouvoir enfin prendre de la vitesse. A partir de ce lundi, la vitesse maximale autorisée va en effet baisser de 20 km/h sur une cinquantaine de kilomètres de nationales ou d'autoroutes franciliennes. Des portions de routes empruntées quotidiennement par 400.000 véhicules. But de cette mesure : réduire les embouteillages, le bruit et la pollution dans les zones concernées.

Les tronçons sélectionnés (voir en bas de l'article) l'ont été via des discussions entre élus locaux et associations de riverains. Cette limitation de vitesse sera observée pendant un an par la direction des routes de l'Ile-de-France. Un bilan sera ensuite dressé pour maintenir ou non ces limitations.

"Le bruit est présent constamment"

Moins de bruit, et surtout moins de pollution, c'est l'espoir de Sylvie Carillon, maire de Montgeron, dans l'Essonne, commune traversée par la nationale 6. Jusqu'ici on y roulait à 110 km/h, ce sera désormais 90. "Il y a plein de population qui vivent autour de ce tronçon et qui subissent les émanations de tous les camions et toutes les voitures qui passent. Dès qu'ils ralentissent ça va mieux", assure l'élue. L'initiative est saluée par Stéphane, qui habite à une vingtaine de mètre de la N6. "Le bruit est présent constamment. La nuit on peut être réveillé par un bruit plus insistant que d'autres. Nos voisins disent qu'on s'habitue mais j'ai du mal à y croire", se désole-t-il sur RMC.

"Une ville à 30 km/h ne tue plus personne"

"Il y a beaucoup de bonnes raisons de réduire la vitesse, appuie Benoît Hartmann, porte-parole de France Nature Environnement. Pour lutter contre la pollution sonore et atmosphérique, mais surtout pour des raisons de sécurité, aussi". Lui va même plus loin : "On a intérêt à baisser la vitesse y compris en ville. Une ville à 30 km/h c'est une ville qui ne tue plus personne".

"S'il suffisait de baisser la vitesse pour améliorer la qualité de l'air..."

"Un automobiliste ne conduit pas en fonction des panneaux de limitation de vitesse, mais en fonction des conditions de circulation, donc ce n'est pas en baissant la vitesse qu'on va faire plier tous les automobilistes", estime au contraire Pierre Chasseray, délégué général de 40 millions d'automobilistes, une association de défense des automobilistes. Et s'il suffisait de baisser de 20 km/h la vitesse pour améliorer la qualité de l'air, le trafic, les accidents… cela ferait belle lurette qu'on l'aurait fait. Regardez nos voisins européens : ils ne pratiquent pas ces limitations de vitesses et pourtant ils obtiennent de meilleurs résultats en matière de sécurité routière".

Un avis partagé par Denis, qui habite depuis neuf ans face à la nationale 6, à Montgeron. "Que ce soit 90 ou 110 cela ne va pas réduire le bruit". Pour lui, les autorités ont une autre idée derrière la tête : "Le but c'est aussi de faire entrer de l'argent dans les caisses en flashant encore un peu plus".

Principales routes concernées :

- sur la section de la RN6 à 110 km/h, au niveau de la commune de Montgeron (Essonne), la vitesse maximale autorisée sera réduite à 90 km/h.

- sur l'autoroute A115, entre la Francilienne et l'autoroute A15 (Val-d'Oise), la vitesse maximale autorisée sera réduite de 110 km/h à 90 km/h.

- sur l'autoroute A104, au Nord-Est, depuis l'autoroute A4 jusqu'à la RN2 (Seine-et-Marne), la vitesse maximale autorisée sera réduite de 110 km/h à 90 km/h.  

P. Gril avec C. de Vergennes