RMC

Zones blanches: quand des milliers de Français n'ont toujours pas accès à Internet

Des milliers de Français n'ont toujours pas accès à Internet

Des milliers de Français n'ont toujours pas accès à Internet - AFP

REPORTAGE - Aujourd'hui l'accès à Internet s'est banalisé en France mais il ne s'est pas pour autant généralisé. Il existe en effet encore certaines zones rurales ou de haute montagne où il est impossible de surfer. C'est le cas par exemple dans la vallée de la Matheysine et du Valbonnais, près de Grenoble.

Cela paraît improbable en 2015 mais c'est pourtant bien réel: tous les Français n'ont pas accès à Internet. Ainsi, 99% de la France est couverte par le haut débit, l'ADSL (chiffres Arcep), près de 45% par le très haut débit (chiffre Plan France Très Haut Débit), c'est à dire la fibre optique. Ce qui veut donc dire que les habitants de certaines zones en altitude ou reculées n'ont pas encore la possibilité de surfer sur la toile. C'est le cas notamment à une quarantaine de kilomètres au sud de Grenoble, à 1 000 mètres d'altitude, dans la vallée de la Matheysine et du Valbonnais.

"Quand j'essaye de faire une recherche sur Internet, j'ai la petite roue qui tourne, qui tourne, qui tourne… Et si quelqu'un est connecté, le téléphone va avoir des coupures. C'est très pénible", se désole Cécile, habitante de Lavaldens (Isère), petite commune située dans le massif du Taillefer. Son cas est loin d'être isolé puisque le même problème concerne les 20.000 habitants de ce secteur entouré par les montagnes.

"C'est indispensable"

Un vrai manque à gagner pour Valérie qui tient une maison d'hôtes: "Les clients, si vous ne répondez pas au mai dans la journée, vont voir ailleurs. Et les personnes qui arrivent la première chose qu'elles demandent c'est le code wifi, l'accès Internet. C'est indispensable". C'est pourquoi, un plan d'investissement d'un million et demi d'euros a été débloqué pour installer le wifi à très haut débit dans toute la vallée. Mais cela ne devrait pas être fait avant 2020. Trop tard selon le maire de Lavaldens, Arnaud Chattard.

"On se projette trop loin or c'est maintenant que nous, professionnels, en avons besoin. Ce n'est pas en 2020 qu'on va aller leur dire: 'Ça y'est on vous a amené Internet'. On attend donc quelque chose de fiable, sur lequel on peut compter", déclare-t-il. A noter que, dans la région, certaines entreprises ont pris la décision de déménager une partie de leurs activités en zone urbaine, le temps que l'accès à internet soit amélioré.

Gwenaël Windrestin avec M.R