RMC

Pourquoi une dame de 84 ans a pu avoir sa 3e dose de vaccin après une paralysie faciale après la seconde

C'est la pneumologue et lanceuse d'alerte Irène Frachon qui a raconté dans "Estelle Midi" comment le choix a été donnée à cette octogénaire bretonne.

C’est un cas dont on parle relativement peu et qui est pourtant très important en pleine campagne de rappels pour le vaccin contre le Covid-19. Certains patients vaccinés ont eu des effets secondaires après la première ou deuxième dose.

>> A LIRE AUSSI - Rappels, tests, vaccination contre la grippe: les pharmacies débordées par la cinquième vague de Covid-19

C’est notamment le cas d’une octogénaire bretonne. Après sa deuxième dose, elle a subi une paralysie faciale, certes décroissante, mais qui a bien sûr été rapportée et enregistrée. Cependant, à 84 ans, elle a demandé ce qu’il fallait faire et surtout s’il elle pouvait recevoir sa troisième dose.

“Le médecin généraliste m’a appelé m’expliquant qu’elle souhaitait recevoir sa troisième dose parce qu’elle s’inquiétait des conséquences du Covid. Et on s’interrogeait sur ce qu’il faut faire. Donc j’ai envoyé un mail au responsable du centre régional de pharmaco-vigilance, c’est un moyen de surveillance dont dispose assez peu de pays. Je lui raconte le cas de cette dame et je demande ce qu’il conseille pour la troisième dose. J’ai reçu très rapidement dans la journée, un mail de retour qui est un modèle du genre avec en copie le médecin généraliste. C’est un mail qui est extraordinairement précis y compris avec les incertitudes”, assure Irène Frachon dans “Estelle midi”, ce jeudi.

Transparence avec le patient

La conclusion de ce mail, après étude des incertitudes et des risques étaient que le bénéfice de la troisième dose était supérieur à ces risques.

“C’est une probabilité et il faut donner les informations au patient. Nous l’avons fait ce matin et cette dame a décidé d’être vacciné car elle a plus peur des effets du covid que les effets de cette vaccination”, détaille la pneumologue. 

Guillaume Descours