RMC

Amélie Oudéa-Castéra : "On n'espère pas connaître la détresse des Brésiliens"

Actuellement en déplacement au Qatar à l'occasion de la Coupe du monde, et du quart de finale France/Angleterre qui se jouera ce soir, la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra a répondu aux questions de Matthieu Rouault dans la Matinale Week-end RMC.

Ce matin au micro de la Matinale Week-end RMC, en duplex du Qatar, la ministre des Sports est revenue sur le parcours de l'équipe de France de football dans la Coupe du monde, alors que les Bleus disputeront ce soir leur quart de finale contre l'Angleterre, pronostiquant une victoire des tricolores. La ministre est aussi revenue sur la polémique autour du traitement des supporters LGBT, et sur ses relations avec le président de la Fédération Française de Football, Noël Le Graet.

Une "finale avant la lettre"

"Choc symbolique, choc excitant. Arsène Wenger qualifiait ça de "finale avant la lettre", s'est enthousiasmée la minsitre. "On a deux équipes qui ont des caractéristiques qui se ressemblent un peu, avec beaucoup d'engagement physique, une très belle attaque, beaucoup de densité en défense. Ça va être passionnant. C'est toujours particulier, quand on rencontre les Anglais, encore plus dans le rugby mais même dans le foot. C'est une équipe qui nous a finalement plutôt pas mal réussi dans les dernières rencontres. On n'a perdu qu'une fois dans nos huit dernières rencontres contre eux, dans le contexte très particulier des attentats de 2015, avec cette Marseillaise qui avait rententi à Wembley. On va avoir des chocs dans le choc, le duel Mbappé/Walker va être très suivi. Et puis il y a cette relation particulière entre Harry Kane et Hugo Lloris, leur expérience de neuf ans ensemble à Tottenham..."

"Il y a vraiment tout pour que ce match soit absolument passionnant", a expliqué Amélie Oudéa-Castéra, qui, toutefois, ne rencontrera pas les Bleus avant le match, préférant "les laisser dans leur bulle de concentration.

Depuis le début, j'ai vraiment dit "priorité au foot", "priorité au sport". C'est hyper important qu'ils gardent tout leur influx, qu'ils ne soient rivés sur rien d'autre que ce quart de finale, pour continuer dans cette compétition aussi bien qu'ils l'ont commencée." La ministre chargée des sports s'est même risquée au jeu dangereux du pronostic : "C'est plutôt France 1 - 0 Angleterre. On a vu la détresse des joueurs Brésiliens, on espère ne pas connaître ce genre d'émotions. Je pense qu'on a un collectif qui vit très très bien. Cette équipe de France qui est très bien dirigée, qui est en réussite, en confiance. On a les atouts, à tous les niveaux. Il faut être à fond derrière nos Bleus, et confiants dans le fait que ce match est à leur portée", espère-t-elle.

La ministre abordera le sujet des supporters LGBT avec les Qataris

"J'irai aujourd'hui à la rencontre du président des supporters LGBT de l'équipe de France, Jean-Baptiste Montarnier. Ce sera l'occasion de revenir sur la manière dont les personnes LGBT ont vécu cette expérience à ce stade de la Coupe du monde, la manière dont ils ont été respectés, protégés", a aussi annoncé la ministre. Elle a répondu discuter avec les autorités Qataries de ces sujets sensibles, tout en éludant la question d'un éventuel port du brassard "One Love" :

"Vous savez, c'est important pour moi d'être fidèle à mes valeurs, d'être engagée"

"J'ai été dans cet état d'esprit depuis le début de cette Coupe du monde, en soulignant ce que le pays fait de bien, ce qu'il doit continuer impérativement à améliorer, la dynamique dans laquelle il s'inscrit qu'il nous revient aussi d'encourager. Nous sommes leurs partenaires. On a avec eux un dialogue de confiance, franc, qui n'est pas là pour éluder les questions. Oui, on aura ces échanges au fil de la journée avec différents angles. Je verrai aussi le représentant de l'Organisation internationale du travail, là aussi on sait que sur le respect des droits des travailleurs et des conditions de travail, des progrès ont été faits mais qu'ils doivent être approfondis."

Avec la FFF, "il n'y a aucune raison de crisper l'ambiance"

Au sujet des relations du ministère avec la Fédération Française de Football et sa présidence : "Je pense qu'avec Noël Le Graet, on va se croiser avant le match. Il n'y a pas d'entretien de prévu. Je vais avoir l'occasion dans les prochaines semaines de beaucoup échanger avec lui, d'aller au fond sur les conclusions de l'audit lorsqu'il sera finalisé. On aura des conclusions autour de la fin janvier, qui nécessiteront ensuite une étape de contradictoire avec les dirigeants de la FFF, on aura donc une restitution autour de la mi-février. Je veux que les choses soient naturelles, informelles, il n'y a aucune raison de crisper l'ambiance, elle a été très bonne jusqu'à présent, et je n'ai pas envie que ma venue ici soit source de tensions. Chaque chose en son temps, je suis une femme de dialogue, je veux me comporter de manière polie avec lui, et en même temps nous irons tout à fait au fond des choses en temps et en heure."

Pierre Bonneyrat avec AFP