RMC

2 millions d'euros saisis au RN: "Ca pose question car le MoDem ne bénéficie pas du même traitement"

L'éditorialiste Bruno Jeudy assure que Marine Le Pen a des arguments à faire valoir quand elle s'indigne du traitement des juges à l'encontre du Rassemblement national (ex-FN).

Marine Le Pen tente de retourner la situation politique en sa faveur après que la justice ait saisi deux millions d'euros d'aides publiques dans le cadre de l'enquête sur des emplois présumés fictifs au Parlement européen. La présidente du RN (ex-FN) a appelé lundi les politiques "qui se battent pour la démocratie" à "mettre en avant leurs principes" et dénoncer cette saisie judiciaire, tandis que des responsables d'autres partis s'inquiétaient pour le débat public.

"On en a marre des persécutions (...) on nous tue progressivement", s'est-elle indignée ce lundi matin face à Jean-Jacques Bourdin sur RMC. L'ex-candidate à la présidentielle est allée jusqu'à dénoncer "un véritable attentat" et un "coup d'Etat" des juges. A-t-elle raison d'y aller aussi fort ?

"C'est quand même une première pour un parti politique"

Bruno Jeudy, rédacteur en chef politique de Paris Match était l'invité des Grandes Gueules ce jeudi pour analyser cette sortie, et estime que Marine Le Pen a en effet des arguments à faire valoir.

"Ce n’est pas tout à fait faux, si on compare avec d’autres histoires. On est dans une décision à titre conservatoire c’est quand même une première pour un parti politique à qui on coupe les vivres brutalement."

La présidente du FN est venue dénoncer tout cela ce lundi matin et certains estiment qu'elle victimise son parti pour mobiliser ses adhérents, ce qu'elle a déjà fait par le passé. Mais plus loin que ça, Bruno Jeudy estime que cette décision des juges financiers pose problème en comparant avec le MoDem qui est également sous le coup d'une procédure similaire.

"Ce n’est pas la première fois que la justice pose question quand elle s’attaque à certains hommes politiques"

"C’est là où Marine Le Pen joue sa carte politique avec efficacité en se victimisant et en essayant de tirer tout ça à son avantage, même si c’est un coup dur. Mais je pense que c’est quand même une décision qui pose problème, par rapport au fait qu’il y a un autre parti qui est un peu dans la même situation qui s’appelle le MoDem, et il ne bénéficie pas du même traitement. Et là ça pose question, ce n’est pas la première fois que la justice pose question quand elle s’attaque à certains hommes politiques". 

Alors que se profilent les élections européennes en 2019, Marine Le Pen pourrait tirer profit de cette mobilisation tournée autour de "l'acharnement des juges" à leur encontre.

"On voit que la justice sait être rapide par moments et sait aussi être très très lente quand elle le souhaite. Et là on le voit dans cette affaire qu’elle est très lente avec le MoDem et ultra-rapide pour le RN et évidemment que Marine Le Pen va s’en servir comme d’un argument politique surtout quand elle annonce déjà qu’il ne pourrait ne pas y avoir de liste aux européennes".
J.A. avec les GG