RMC

3.000 euros, une "paie de crevard"? "On ne peut pas dire que Mélenchon le pense"

Ce jeudi face à Jean-Jacques Bourdin, Jean-Luc Mélenchon a évoqué la paie "de crevard" que touchait Alexis Corbière pendant la campagne présidentielle du montant de 3.000 euros. Si la formule peut faire bondir, il faut la replacer dans son contexte, explique Jimmy Mohamed.

La formule a fait réagir. Ce matin face à Jean-Jacques Bourdin, Jean-Luc Mélenchon a évoqué la rémunération du porte-parole de la France Insoumise Alexis Corbière pendant la campagne présidentielle. "3.000 euros par mois comme autoentrepreneur", une paie "de crevard", a estimé le leader des Insoumis.

Pour Jimmy Mohamed, il est important de remettre cette citation dans son contexte, même si la formule est maladroite:

"Dire que 3.000 euros, c'est une paie de crevard, ce n'est pas possible quand on se dit proche du peuple et des 'petites gens' comme il aime bien les appeler. Là il faut apporter un certain crédit à M. Mélenchon, il comparait ça à l'ensemble des rémunérations dans les autres partis politiques, et notamment le fait que M. Griveaux était payé 6.000 euros et que M. Corbière travaillait après 18h, tard, le soir, le week-end. Donc en considérant tout ça, on peut dire que c'est peu par rapport aux autres. On ne peut pas dire le contraire. Et on ne peut pas dire que M. Mélenchon pense que 3.000 euros c'est une petite paie".

"Une tartufferie ambiante"

Le médecin des GG tacle tout de même le leader de la France Insoumise: "Mais c'est 'faites ce que je dis et pas ce que je fais', il critique le statut d'autoentrepreneur, mais il l'utilise. Je n'ai rien contre le fait que M. Mélenchon ait un appartement à Paris, je ne demande pas que M. Mélenchon vive en dessous du seuil de pauvreté, je ne demande pas que les membres de la France insoumise soient loin de l'argent. Mais c'est cette tartufferie ambiante. M. Corbière qui se plaint des médias en continu, qui pleurniche en disant qu'on est méchant avec lui, alors qu'il a été élu grâce aux médias?"

P.B.