RMC

35 euros les 3 heures de stationnement à Bordeaux: "C'est de l'arnaque"

Dès le 1er janvier 2018, les automobilistes de Bordeaux devront payer 35 euros pour une troisième heure de stationnement dans les rues. Une mesure qui mécontente certains Bordelais qui réagissaient ce mercredi chez les GG.

Le prix de la troisième heure de stationnement à Bordeaux va coûter cher. A compter du 1er janvier 2018, les automobilistes bordelais devront payer 35 euros pour une troisième heure de stationnement (30 euros en secteur vert) pour se garer dans la rue. Le tarif des deux premières heures restent inchangé: 5 euros (3,60 euros en secteur vert).

Adrien est scandalisé: "C'est de l'arnaque. Heureusement j'ai une place de parking. Mais j'ai des parents ou des amis qui viennent me voir, il faudrait qu'ils restent deux heures chez moi et qu'ils repartent. J'habite un éco-quartier avec très peu de places de parking. Mes parents ont un certain âge mais s'il faut qu'ils aillent se garer à un kilomètre et faire le chemin à pied, ce n'est pas possible. C'est compliqué".

"Il ne faut pas s'étonner que l'on tue le petit commerce en France"

François, lui, estime que ce tarif pourra nuire aux petits commerces locaux de la ville: "C'est honteux, c'est une catastrophe. Quand je vais en ville, je reste plus de 3 heures. 35 heures, c'est 4 heures de salaire! Donc il faut que je travaille une demi journée pour rester plus de 3 heures en ville, c'est honteux. Je ne veux pas commander sur internet pour faire marcher les petits commerces de la ville, je me déplace exprès, mais là, avec ce tarif il ne faut pas s'étonner que l'on tue le petit commerce en France".

Autre problématique qui inquiète Nadia qui travaille dans une agence d'aide à la personne: "Il y a des métiers comme le mien où on ne va pas à Bordeaux en voiture pour se promener. Il y a des clients qui tiennent à nous garder, donc qui remboursent le stationnement mais il y en a aussi en grande difficulté et qui ne peuvent pas. Deux heures parfois, ça ne suffit pas pour faire le travail. Pour l'instant, il n'y aura pas de dérogation pour nous. J'espère qu'il y en aura une pour les médecins. Et puis, à 35 euros les 3 heures, ce n'est même pas la peine d'aller travailler".

P.B.