RMC

Accident sur le RER B: "Les wagons tiennent comme une guirlande, c'est un miracle"

7 personnes ont été légèrement blessées dans l'accident sur la ligne B du RER, ce mardi à hauteur de Courcelles-sur-Yvette. Un glissement de terrain a fait dérailler le train, et le bilan aurait pu être beaucoup plus lourd, explique Stéphane Beaudet, vice-président de la région Ile-de-France, sur RMC.

C'est "un miracle". Un train de la ligne B du RER en direction de Paris s'est partiellement couché sur les voies ce mardi vers 5 heures, au niveau de Courcelles-sur-Yvette, dans l'Essonne, après un glissement de terrain dû aux fortes pluies qui se sont abattues toute la nuit. 7 voyageurs ont été légèrement blessés, mais le bilan aurait pu être bien plus lourd à en croire Stéphane Beaudet, vice-président de la région Ile-de-France, en charge des Transports, joint par les Grandes Gueules alors qu'il était sur les lieux. "C'est quasiment 4 mètres de profondeur de ballaste qui sont partis avec l'eau au passage du train. C'est un miracle, les trois wagons tiennent comme une guirlande. Ça tient miraculeusement".

"Ce train avait deux conducteurs expérimentés et roulait doucement"

Il affirme que toutes les conditions de sécurité ont été prises par la RATP. "Vous avez une centaine d'agents SNCF et une cinquantaine de la RATP qui vérifient systématiquement les points considérés comme dangereux sur l'ensemble du réseau lorsqu'il y a ce type de météo. Et ce point-ci n'était pas référencé comme dangereux. Il y a 2 ans, quand nous avions eu des inondations particulièrement graves, nous n'avions pas eu ces conditions à cet endroit-là".

"Par ailleurs, au-delà des contrôles effectués habituellement, ce train avait deux conducteurs expérimentés au lieu d'un, justement pour prévenir les risques. Et il roulait doucement", insiste Stéphane Beaudet, qui prévient qu'il faudra attendre au moins deux à trois semaines avant un retour à une circulation sur ces voies très abîmées.

P. G. avec les GG