RMC

Arnaud Beltrame, c'est le martyr du bien contre celui du mal, c'est très ennuyeux pour Daesh

Selon le géopolitologue Alexandre del Valle, invité des GG ce mercredi, la mort d'Arnaud Beltram en héros n'est pas une bonne chose pour Daesh et ses partisans.

La France a rendu ce mercredi aux Invalides un hommage solennel au colonel Arnaud Beltrame. Devant le cercueil du gendarme recouvert d'un drapeau français, en présence de plus de 1.200 invités et du gouvernement au complet, le président Emmanuel Macron a célébré le courage du gendarme qui a donné sa vie pour sauver une otage lors de l'attaque jihadiste de vendredi dans l'Aude.

Et pour le géopolitologue Alexandre del Valle, invité ce mercredi chez les GG, l'héroïsme du lieutenant-colonel a de quoi destabiliser Daesh et ses partisans:

"Il y a quelque chose de bien qui surgit d'une horreur, c'est que Daesh veut faire plier par l'intimidation et la peur. Le but de Daesh, c'est de distiller l'effroi et la peur dans le cœur des mécréants. Et là, c'est très ennuyeux pour eux. Arnaud Beltrame est un homme vaillant, héroïque, et qui meurt plus que dignement et offre sa vie. C'est le martyr du bien qui va s'opposer au martyr du mal. Il montre qu'il n'y a pas que Daesh qui est capable d'avoir des gens qui meurent pour une cause. Cela montre que d'autres sont capables de mourir pour une belle cause. Donc c'est un échec pour Daesh qui veut produire exactement l'inverse. Ils ne veulent surtout pas produire un réveil de l'identité républicaine, chrétienne ou patriotique. Cela montre qu'un blanc judéo-chrétien occidental peut lui aussi être héroïque et offrir sa vie pour une cause qui le dépasse".

Des rues au nom d'Arnaud Beltrame

Silhouette élancée et yeux clairs, Arnaud Beltrame était sorti major de l'Ecole militaire interarmes de Saint-Cyr Coëtquidan en 1999, avant de vivre de riches expériences dans une unité d'élite de parachutistes, en Irak, à la sécurité de l'Elysée et au commandement d'une compagnie en Normandie.

Ses obsèques seront célébrées jeudi à Ferrals, dans les Corbières, où il résidait avec son épouse. Les trois autres victimes du jihadiste de l'Aude -Hervé Sosna, Jean Mazières et Christian Medves- seront également inhumées jeudi.

Depuis sa mort, Arnaud Beltrame symbolise le "sens du devoir", la "bravoure", le "courage" et "l'héroïsme" et plusieurs municipalités comme Pau ou Alès (Gard) ont donné son nom à une rue ou un lieu public.

P.B.