RMC

Augmentation du prix de l'essence, réouverture de gares: comment Sandrine Rousseau veut limiter l'utilisation de la voiture

Sandrine Rousseau, toujours en lice dans la primaire écologiste, veut augmenter, si elle est élue à la tête de l'Etat, le prix de l'essence entre 6 et 10 centimes. Et dans le même temps rouvrir des gares et réorganiser le territoire pour limiter l'utilisation de la voiture.

Augmenter le prix de l’essence entre 6 et 10 centimes le litre sur une année pendant les 5 années de son éventuel mandat, c’est l’objectif de Sandrine Rousseau, l’écologiste qui affronte ce week-end en finale de la primaire EELV Yannick Jadot : "Il faut que l’essence augmente. C’est ce qui pollue, qui nous met en danger. Et quand je dis que ça nous met en danger, ce n’est pas un petit danger. Cela fait courir un danger à l’humanité", a-t-elle assuré ce vendredi sur RMC à l’occasion d’un débat face à son adversaire Yannick Jadot.

Une proposition qui risque de ne pas ravir les Français, alors que 70% prennent leur voiture chaque matin pour aller travailler. Plus généralement, Sandrine Rousseau plaide pour une politique de 'démobilité' générale et de changement de voiture, s’engageant à accompagner les Français.

"Cette position radicale face à l’urgence climatique, est tout à fait logique"

"Dans le cadre d’une primaire écologiste, elle s’adresse à leur parti. Cette position radicale face à l’urgence climatique, est tout à fait logique, elle s’adresse à l’électorat des Verts", croit savoir David Dickens. "Elle a le discours adéquat", estime-t-il sur le plateau des "Grandes Gueules" ce vendredi.

Une position que comprend Marie-Anne Soubré qui veut cependant savoir comment Sandrine Rousseau compte limiter l'utilisation de la voiture: "Le problème c’est qu’il faut entendre un peu plus loin. L’écologie française veut être un parti politique avec une tendance ce que je lui reproche : Sandrine Rousseau est très à gauche et Yannick Jadot de centre-gauche. Et là on est dans l’écologie punitive. Et ça punit qui ? les plus pauvres !", alerte l’avocate.

"Augmenter l’essence d’accord mais il faut une réponse: comment les gens vont faire pour aller travailler, que propose-t-elle à côté en échange. Là on est dans un truc où on va payer plus, on n’aura pas d’autre choix et on ne pourra plus utiliser ta bagnole", assure Marie-Anne Soubré.

"Il faut redessiner les centres-villes"

Mais Sandrine Rousseau a bien un plan pour limiter l'usage de la voiture: "Quelque chose de malhonnête a été fait. L’extrait où elle dit qu’elle va augmenter le prix de l’essence a été sorti mais on n’a pas expliqué les mesures d’accompagnement", a assuré en guise de réponse sur le plateau de "Estelle Midi", Thomas Portes le porte-parole de Sandrine Rousseau.

Si c'est pourtant la candidate écologiste qui n'a pas eu le temps ou pris la peine de détailler les alternatives qu'elle veut mettre en place, peu importe, Thomas Portes est là pour faire le service après-vente: "Aujourd’hui la société est construite autour de l’utilisation de la voiture. Nous on veut plus de services de proximité, on a 90% des Français qui habitent à moins de 10 km d’une gare et 30% de ces gares sont aujourd’hui fermées. Il faut redessiner les centres-villes en remettant des commerces de proximité", assure-t-il.

"Aujourd’hui les gens prennent la voiture pour aller au travail, puis à la crèche, puis pour faire leurs courses. C’est l’aménagement général du territoire qu’il faut dans son intégralité qu’il faut repenser. Il y aura donc des mesures d’accompagnement et on va retisser le maillage territorial pour rapprocher les gens du domicile et du travail et nous allons favoriser le télétravail", assure-t-il.

Des mesures et des aides publiques seront mises en place pour les professionnels pour leur permettre d’acheter des véhicules hybrides et électriques: "Il n’est évidemment pas question de laisser les gens se débrouiller dans des situations catastrophiques. La société a été construite autour de la voiture et l’objectif c’est d’en sortir et d’accompagner les gens pour avoir un meilleur cadre de vie", promet Thomas Portes.

>> A LIRE AUSSI - "Il était au téléphone, il ne nous écoutait pas": les dérapages de ces chauffeurs de bus scolaires des Yvelines inquiètent les collégiens

Guillaume Dussourt