RMC

Batho sur RMC : «Je suis le bouc-émissaire de couacs antérieurs»

Delphine Batho, ex-ministre de l'Ecologie et députée PS des Deux-Sèvres.

Delphine Batho, ex-ministre de l'Ecologie et députée PS des Deux-Sèvres. - -

Invitée des Grandes Gueules sur RMC ce lundi, l'ex-ministre de l’Écologie Delphine Batho est revenue sur son éviction du gouvernement. Elle dénonce une autorité à deux vitesses.

A quelques heures de sa rentrée parlementaire, Delphine Batho était l’invitée des Grandes Gueules ce lundi sur RMC. Un retour sur les bancs de l’Assemblée qu’elle n’avait pas anticipé, puisque jusqu’à début juillet, la députée PS des Deux-Sèvres était encore ministre de l’Ecologie. Mais pour avoir critiquée trop fortement le budget 2014, Delphine Batho a été limogée par François Hollande. Une éviction jugée sévère, alors que d’autres ministres, au premier rang desquels Arnaud Montebourg, n’hésitent pas à faire entendre leur voix dissonante.

« Il y a d'autres exemples où il n'y a pas la même démonstration d'autorité »

Delphine Batho a-t-elle été licenciée parce que c’est une femme ? « C’est une dimension qui existe peut-être, mais je ne pense pas qu’on puisse résumer ce qui s’est passé à cette dimension féminine », répond la députée. « Il y a sans doute eu la conjonction de plusieurs choses, peut-être la nécessité de faire un exemple. Mais du coup je suis le bouc-émissaire d’un certain nombre de couacs antérieures qui n’avaient pas donné lieu à la même démonstration de rigueur, et après il y a eu d’autres exemples où on voit qu’il n’y a pas eu la même démonstration d’autorité », regrette-t-elle.

« La gauche est forte quand elle débat »

« Moi je ne reproche pas à Arnaud Montebourg de dire ce qu’il pense et de défendre des positions politiques, et je ne le reproche à aucun ministre », assure Delphine Batho. « La gauche est forte quand elle débat, elle est faites de personnalités politiques qui incarnent chacune des idées et qui les défendent. Moi, c’est comme si on m’avait dénié cette possibilité d’incarner une cause et de la défendre », regrette-t-elle.

Philippe Gril avec les GG