RMC

Bruno Retailleau: "La crise a été tellement profonde qu'il faut refonder une légitimité à partir d’une nouvelle élection"

Pour le sénateur de Vendée, il faut qu'Emmanuel Macron organise un référendum. Il n'imagine pas le président de la République prendre le risque de dissoudre l'Assemblée nationale.

Depuis plusieurs mois, la France est plongée dans une véritable crise politique illustrée par le mouvement des "gilets jaunes". Depuis le 17 novembre dernier, date à laquelle a débuté le mouvement, le gouvernement et notamment le président de la République, Emmanuel Macron, sont la cible de critiques virulentes, et des appels au rejet. 

Pour Bruno Retailleau, sénateur Les Républicains de Vendée, cette crise est très profonde. Il estime qu’elle ne pourra se régler que par un nouveau vote, tel qu’un référendum sur un sujet bien défini. 

"La crise a été tellement profonde qu’il faudra refonder une légitimité à partir d’une élection, vraisemblablement un référendum. Je ne vois pas, le président de la République dissoudre l’Assemblée. Jacques Chirac l’avait fait en 1997, ça ne s’était pas très bien passé", explique le sénateur.

Un référendum sur l'immigration

Pour lui, c’est à Emmanuel Macron de définir le sujet de ce référendum notamment à partir de ce qui va remonter du "Grand débat national", dont la restitution a été faite mardi par le Premier ministre Edouard Philippe. 

Parmi les sujets que Bruno Retailleau aimerait voir lors d’un référendum se trouvent par exemple celui l’immigration.

"Les Français ont souvent eu le sentiment que c’était à l’abri du débat public. Moi, je souhaite que le Parlement soit autorisé, tous les ans, de façon très claire, calme, sereine, à instituer des quotas migratoires pour les étudiants, les professionnels. Ces questions ne doivent pas se discuter dans la rue, parce que ça nourrit les démagogues, mais ça doit se discuter par la représentation nationale. Je suis pour un référendum pour dire ‘est-ce que vous autorisez le Parlement à faire cet exercice une fois par an, sous le regard des Français ?’", résume-t-il.

Autre sujet qui, selon le Sénateur vendéen pourrait être posé lors d’un référendum, l’âge de départ à la retraite, qui est un sujet qui touche les Français. 

Guillaume Descours