RMC

"C'est un milieu de mafieux!": un élu local révèle comment un industriel a voulu l'"acheter" pour l'implantation d'éoliennes

DOCUMENT RMC - Conseiller municipal, Willy Schraen assure qu'un industriel du milieu de l'éolien lui a déjà proposé de l'argent pour qu'il milite en faveur de l'implantation d'éoliennes.

Le gouvernement veut laisser son empreinte dans la transition énergétique. La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a annoncé son souhait de multiplier par 2,5 le nombre d'éoliennes sur le territoire français vendredi dernier. Le gouvernement donne six mois aux préfets de région pour cartographier les "zones favorables" à l'installation de parcs éoliens. 

Une décision qui a fait bondir les anti-éoliennes, Stéphane Bern en tête. Dans une tribune publiée dans le Figaro, l'animateur chargé de mission de défense du patrimoine a taxé de "supercherie" les parc éoliens: "Il est grand temps de dénoncer cette supercherie. L’énergie éolienne n'est en rien écologique et renouvelable. Elle pollue gravement la nature et détruit le patrimoine naturel et bâti de la France", assure-t-il.

Au-delà du faible apport énergétique et du supposé impact sur l'environnement qu'elles induiraient, les éoliennes seraient parfois utilisées comme outil politique assurent certains élus locaux. C'est ce que raconte ce mercredi sur RMC Willy Schraen, président de la Fédération nationale des chasseurs mais également conseiller municipal de Bayenghem-lès-Éperlecques dans le Pas-de-Calais.

"C'est quasiment un milieu mafieux. On va voir les maires avec du pognon, je l’ai vécu moi-même, je me suis retrouvé dans un bistrot avec un mec qui m’a dit : 'Voilà l’enveloppe monsieur'. Je n’ai pas ouvert l’enveloppe mais je sais très bien qui me l’a donné et pour quelle entreprise il travaille", raconte-t-il sur le plateau des "Grandes Gueules".

>> A LIRE AUSSI - "La nuit elles me réveillent, la journée, c'est un stress permanent": ce petit village du Perche résiste toujours et encore contre des éoliennes

"On retrouve des tas d’oiseaux morts sous ces pales"

"Il a raison Bern, c’est un scandale ce truc. Celui qui dit que ça ne fait pas de bruit il me fait marrer. Il faut juste vivre à côté d’une éolienne. Il faut aller en-dessous quand elle tourne. Les éoliennes c’est 6% de la production énergique française, c’est d’une nuisance incroyable, les blocs de béton (la base implantée dans le sol et qui sert de socle aux éoliennes, ndlr) on ne sait pas ce qu’on va en faire, les pales on ne peut pas les recycler".
"Arrêtons de nous prendre pour des cons. C’est des nuisances visuelles, on est en train de défigurer nos paysages. Ça met un boucan pas possible, ça met un stress pas possible aux gens. Une association d’agriculteurs évoque des vaches qui ne donnent plus de lait. On retrouve des tas d’oiseaux morts sous ces pales, il n’y a plus de reproduction, il n’y a plus de compagnie de faisans et de perdrix. Le frottement des pales dans l’air est très fort et émet énormément d’ondes et joue sur tous les êtres vivants", ajoute-t-il.

Les anti-éoliens comptent peser sur les prochaines élections régionales. Ils veulent faire signer aux candidats une charte pour qu’ils s’engagent contre les éoliennes à proximité des habitations. Aujourd'hui, la loi prévoit qu'une éolienne ne peut se tenir à moins de 500 mètres d'une habitation contre 1 kilomètres en Allemagne. On recense en France 8000 éoliennes terrestres.

>> A LIRE AUSSI - L'éolien, une "supercherie"? "On ne fait pas d'omelettes sans casser des oeufs", défend un constructeur

Guillaume Dussourt