RMC

Ce n'est pas du tout une question de manque de volonté quand on n'arrive pas à arrêter de fumer

Selon la dernière étude de Santé Publique France, publiée ce mardi, le nombre de fumeurs a baissé de 12% en deux ans.

Le nombre de fumeurs est en baisse en France, -12% en deux ans. Une baisse motivée par une volonté de vie plus saine mais aussi une réaction au coût du tabac. Pour autant, il n'est pas si simple d'arrêter définitivement de fumer.

La "Grande Gueule" Marie-Anne Soubré en a d'ailleurs témoigné:

"Je passe mon temps à arrêter de fumer parce que c'est une des drogues les plus dures qui soient. Quand j'arrête, je suis tout de suite mieux. Ton teint change, le gout des aliments changent, tout va mieux. Mais quand les gens disent que c'est juste une question de volonté, ce n'est pas vrai. C'est un problème dans le cerveau car c'est une drogue dure".

"On est malade de son tabagisme"

Une véritable addiction, ce que confirme Olivier Smadja, de Tabac Info Service:

"Le tabagisme est une maladie, une addiction. On est malade de son tabagisme. Ce n'est pas du tout une question de manque de volonté quand on n'arrive pas à arrêter de fumer. Pour arrêter de fumer le plus facilement possible, le mieux c'est d'avoir un traitement dont l'efficacité est démontrée et d'avoir le bon accompagnement par un professionnel de santé. Et c'est comme cela que l'on peut aider les fumeurs à arrêter".
Paulina Benavente