RMC

Claire O'Petit: "Emmanuel Macron a eu raison de recadrer l'armée"

24 heures après avoir été recadré par Emmanuel Macron, le chef d'état-major des armées, le général Pierre de Villiers, a assisté aux côtés du président au défilé du 14 juillet, ce vendredi. Pour la grande gueule Claire O'Petit, le général n'avait pas à s'élever contre l'obligation qui lui a été assignée de faire 850 millions d'euros d'économie dans l'armée.

Le chef d'état-major des armées, le général Pierre de Villiers, était bien aux côtés du président Emmanuel Macron au défilé du 14 juillet, malgré les polémiques sur le budget de la défense. Malgré surtout le recadrage la veille par le président du général, qui s'était insurgé devant des députés de la réduction des moyens des armées en 2017. Emmanuel Macron a considéré qu'il n'était "pas digne d'étaler certains débats sur la place publique" et rappelé les militaires à leur "sens du devoir et de la réserve".

"L'armée se taisait trop, maintenant elle parle trop"

Pour la grande gueule Claire O'Petit, députée La République en marche, le chef de l'Etat a eu raison de recadrer l'armée. "J'ai beaucoup aimé le ton. Il y a des moments où l'on doit se taire. L'armée se taisait trop, maintenant elle parle trop. Que (le chef d'état-major) ne soit pas content, qu'il donne ses arguments, c'est tout à fait acceptable, mais ce chantage à la démission… S'il estime qu'il ne pourra pas bien faire son travail, s'il ne s'en sent pas capable, qu'il parte!". Et Claire O'Petit de rappeler: "Il n'y a pas de syndicalistes dans l'armée."

"Un côté humiliant et méprisant"

Une vision que ne partage pas du tout Zora Bittan. Pour la grande gueule, Emmanuel Macron "n'a pas besoin d'asséner son statut de chef des armées. Il y a un côté méprisant et humiliant". Pour elle, "que l'armée se rebelle par la voix de son chef parce qu'elle se sent lésée, c'est normal. S'il fait de la politique autrement, qu'il accepte que l'armée râle". "Macron passe son temps à dire qu'il est le chef: de l'Assemblée, de l'armée… S'il est obligé à chaque fois de rappeler sa stature, c'est qu'il y a un problème".

P. Gril avec les GG