RMC

Clermont-Ferrand: 300.000 euros dépensés pour préparer le rassemblement des "gilets jaunes"

Le maire de Clermont-Ferrand était l'invité des Grandes Gueules ce vendredi sur RMC. La ville se barricade à la veille d'une manifestation de "gilets jaunes" qui inquiète.

Le maire (PS) de Clermont-Ferrand, Olivier Bianchi, se prépare à un samedi difficile. Les "gilets jaunes" comptent manifester en masse dans sa ville ce week-end, des événements non-déclarés en préfecture.

il annonce qu'il a dû mettre 50 employés municipaux à la tâche cette semaine pour éviter le pire samedi. La dépense totale liée à la préparation et la sécurisation du centre-ville pour s'élève à 300.000 euros selon l'élu local qui estime normal de laisser ceux qui veulent s'exprimer pacifiquement l'occasion de le faire. 

"Ceux qui choisiront Clermont-Ferrand comme terrain de jeu pour casser ne sont pas les bienvenus"

"Ce n’est pas un état de siège, mais nous avons des responsabilités à prendre. Si nous ne prévoyons pas le pire, le lundi matin, les gens se demanderont s’il y avait dans cette ville des gens capables de prendre leurs responsabilités. Nous avons décidé de permettre la manifestation (sic), c’est un droit, ceux qui veulent manifester dans le calme pourront le faire. 
Elle n’est pas autorisée. C’est un abus, mais ce sont les services de l’Etat qui doivent gérer cela. Ce que nous essayons de mettre en oeuvre c’est la possibilité pour ceux qui le veulent de s’exprimer. Mais ceux qui choisiront Clermont-Ferrand comme terrain de jeu pour casser ne sont pas les bienvenus."

Le contribuable contribue donc à la sécurisation de cette manifestation, et les commerçants vont également souffrir de ce rassemblement alors que les chiffres d'affaires des villes concernées sont en chute libre les samedis depuis le 17 novembre. 

"Les équipes locales sont mobilisées. Il y aura des renforts évidemment. Protéger les chantiers, le mobilier urbain… Cela coûte de l’argent. Les commerçants sont à 30% de chiffre d’affaires en moins. C’est une communauté qui est pénalisée. 300.000 euros et 50 personnes qui travaillent à temps plein."
James Abbott