RMC

David Rachline: "Bernard Cazeneuve a un bilan de 230 morts en 18 mois, il doit démissionner"

David Rachline, sénateur FN était invité des Grandes Gueules jeudi.

David Rachline, sénateur FN était invité des Grandes Gueules jeudi. - -

Le sénateur-maire FN de Fréjus David Rachline a directement mis en cause la responsabilité de Bernard Cazeneuve jeudi dans les Grandes Gueules. Pour lui, le ministre de l'Intérieur n'a pas su prendre les mesures nécessaires pour prévenir l'attentat de Nice.

Y-a-t-il eu des failles de sécurité lors du 14 juillet à Nice? Depuis le lendemain de l'attentat, Christian Estrosi et Bernard Cazeneuve se livrent à un bras de fer sur cette question et sur les effectifs de police présents sur place. Mais pour David Rachline, sénateur FN et maire de Fréjus à 65 km de Nice, l'ancien maire de la ville et le ministre de l'Intérieur sont à renvoyer dos à dos. "Je pense qu'ils ont tous les deux leurs responsabilités", résume-t-il dans les Grandes Gueules.

L'état d'urgence "pas suffisant"

Toutefois, face à ce nouvel attentat auquel est confronté la France, Bernard Cazeneuve est au cœur des critiques de l'élu frontiste.

"Le bilan de ce ministre de l'intérieur, c'est plus de 230 morts en 18 mois. Ca pose un sacré problème. Dans n'importe quel pays du monde, un ministre de l'Intérieur qui a un tel bilan serait parti depuis longtemps. Gouverner, c'est prévoir. Il aurait dû prendre toutes les initiatives pour éviter ces actes terroristes", juge David Rachline.

S'il est important pour lui d'établir les responsabilités de l'attentat de Nice, "ce n'est pas suffisant". Tout comme le vote de l'état d'urgence en faveur duquel il a voté mercredi au sénat.

"L'état d'urgence sans le rétablissement des frontières nationales, c'est absolument inutile", estime-t-il.

"Une série d'initiatives que le gouvernement refuse"

Les Grandes Gueules lui font remarquer que cette mesure n'aurait pas permis d'empêcher l'attentat de Nice, le chauffeur du camion disposant d'un titre de séjour et résidant dans la région niçoise. David Rachline rappelle alors que Mohamed Lahouaiej Bouhlel avait été condamné par la justice pour violence. Il plaide pour la double peine automatique pour les terroristes, une mesure pour laquelle il avait déposé un amendement, rejeté lors du vote de l'état d'urgence.

"Il me semble que c'est bien le minimum, une fois qu'il a purgé sa peine, que quelqu'un qui a voulu commettre des actes contre la France soit expulsé (...) Il y a toute une série d'initiative que le gouvernement se refuse à prendre aujourd'hui", déplore David Rachline.

Sur ce dernier point le député Les Républicains Bernard Debré, membre des Grandes Gueules, regrette à son tour que le gouvernement n'ait pas opté pour des propositions de son parti.

"Quand on a discuté de l'état d'urgence, nous avons été un peu amer parce qu'il n'a retenu aucun de nos amendements, notamment sur les mosquées salafistes", note-t-il.

Les Républicains avaient également proposé l'assignation à résidence ou le placement sous bracelet électronique des personnes fichées S ou encore la création d'un délit de séjour pour les personnes se rendant sur le théâtre d'opérations terroristes. Certaines mesures de l'opposition ont toutefois été reprises dans le vote de l'état d'urgence notamment l'interdiction des rassemblements dont la sécurité ne serait pas assurée.

C. B avec les Grandes Gueules