RMC

Débordements à Marseille: "Les choses n'ont pas été suffisamment anticipées"

Après les affrontements entre hooligans sur le Vieux-Port de Marseille samedi, l'ancien ministre des sports David Douillet, invité des Grandes Gueules lundi, regrette le manque d'anticipation des autorités. Il réclame de meilleurs échanges entre les pays à ce sujet, sur le même modèle que la coopération en matière d'antiterrorisme.

Les scènes de violences sur le Vieux-Port de Marseille samedi ont terni le début de la compétition. Face à face, des hooligans russes, anglais et français se sont affrontés faisant 35 blessés. Des violences qui démontrent "une faille", estime David Douillet, député Les Républicains des Yvelines et ancien ministre des sports.

"Les choses n'ont pas été suffisamment anticipées puisque ça a eu lieu. Les choses étaient anticipables, elles avaient été annoncées, quasiment organisées sur les réseaux sociaux", déplore-t-il. 

Alors que de nombreux supporters ayant participé aux rixes étaient fortement alcoolisés, Bernard Cazeneuve a annoncé dimanche l'interdiction de la vente d'alcool dans les "périmètres sensibles" pendant l'Euro. Une mesure inefficace pour David Douillet. "Comment on peut empêcher quelqu'un de boire? C'est absurde. Les types vont aller dans un supermarché à 3km, il vont faire le plein et ce sera la même. On est face à des mesures médiatiques", regrette l'ancien ministre.

"Une agence" pour mieux coopérer

Deux jours après les incidents, six Britanniques, un Autrichien et trois Français vont être jugés en comparution immédiate ce lundi. Mais aucun Russe ne figure parmi les personnes interpellées. Le procureur de Marseille a pourtant indiqué que 150 hooligans russes "extrêmement entraînés" avaient participé aux violences. Une présence qui démontre pour David Douillet l'échec de la coopération internationale.

"Il faut que tous les services de sécurité de chaque pays travaillent en commun sur ces sujets-là. Quand il s'agit d'organiser et de recevoir des JO, une coupe d'Europe, il faut travailler en commun", défend-il.

L'Angleterre qui a renforcé ses dernières années la lutte contre les hooligans avait établi une liste de 2.000 supporters jugés violents avec l'obligation de remettre leurs passeports aux autorités. Une coopération qui n'aurait pas été à la hauteur côté russe. 

Pour David Douillet, la lutte contre ces phénomènes se rapproche de la lutte contre le terrorisme. "Pour répondre à Daesh en Syrie on est capables de s'organiser entre nous, les Russes, les Américains, les Européens pour lutter contre ceux qui veulent nous priver de notre liberté. C'est pas compliqué non plus de s'organiser" pour l'Euro. L'ancien judoka plaide pour une "agence de sécurité" qui permettrait "d'anticiper, d'investiguer, d'être en connexion pour se protéger" et d'établir "des fichiers communs".

Carole Blanchard avec les Grandes Gueules