RMC

Général Bertrand Soubelet: "Pourquoi notre jeunesse a besoin d'un service national obligatoire"

Invité ce jeudi des Grandes Gueules sur RMC, le Général Bertrand Soubelet a plaidé pour l'instauration d'un service national obligatoire pour améliorer la cohésion sociale et permettre à certains jeunes en décrochage de retrouver des repères.

Le Général Bertrand Soubelet plaide pour un service national obligatoire pour aider la jeunesse à retrouver des repères et améliorer la cohésion sociale. L'auteur de Tout ce qu’il ne faut pas dire (éditions Plon) a profité de son grand oral dans les Grandes Gueules, ce jeudi, pour présenter tous les avantages qu'aurait, selon lui, ce retour d'un service militaire adapté au 21e siècle. "Dans notre pays, il y a une segmentation de notre société: les gens se côtoient mais ne se connaissent pas. Je pense qu'un service national obligatoire, c'est un moment qui permet à des gens qui viennent de tous les milieux sociaux, qui ont toutes les couleurs de peau, qui n'ont rien à voir les uns avec les autres, de se rencontrer et d'apprendre à se connaître".

"Quand on ne se connaît pas, on a toujours peur de ceux qu'on a en face ou à côté de soi, pense-t-il. Si on passe un peu de temps ensemble, qu'on vit un certain nombre d'expériences et d'activités, il y a pleins de barrières qui tombent". 

Bertrand Soubelet voit un autre avantage à ce service national obligatoire qu'il rêve de voir instaurer, presque 20 ans après la fin du service militaire. "C'est bénéfique aussi pour ceux qui parfois n'ont pas eu tous les repères: la discipline, à quelle heure se lever le matin, les questions d'hygiène… ça permet de remettre à niveau ceux qui ont échappé à ça, et de faire en sorte que tout le monde partage les mêmes valeurs".

"Il y a une jeunesse qui est hors de notre société"

Cela est d'autant plus indispensable pour le général Soubelet qu'il y a aujourd'hui en France "une jeunesse qui est hors de notre société, parce que certains jeunes ne se reconnaissent pas dans cette société". Or, "la jeunesse est un problème vital pour notre pays. Les repères disparaissent et les jeunes sont perdus très rapidement. Les chefs d'entreprise vous le disent : ils rencontrent des jeunes qui n'arrivent pas à l'heure, qui ne disent pas bonjour, ni merci… ".

Et le gendarme de regretter que l'exemple ne vienne pas d'en haut, du monde des adultes: "Dans notre pays, où que l'on regarde, il n'y a pas ce regard d'exemplarité". Peut-être faudrait-il instaurer un service national obligatoire pour… les adultes ?

Philippe Gril avec les GG