RMC

Grand froid: faut-il "arrêter" les SDF et les forcer à rejoindre les centres d'hébergements?

Deux communes belges ont décidé que lorsque les températures baissent, la police municipale pouvait exceptionnellement les contraindre à rejoindre un centre d'accueil pour la nuit si leur vie est en danger. La France doit-elle s'inspirer de cela ?

Un froid sibérien touche l'Europe cette semaine. Ces températures exceptionnellement basses ont conduit deux bourgmestres (maires) belges à prendre une décision exceptionnelle: forcer les SDF qui veulent rester dehors à se rendre dans un centre d'accueil

Le bourgmestre d'Etterbeek, Vincent de Wolf, était l'invité des Grandes gueules ce mardi et a expliqué comment fonctionne ce dispositif exceptionnel dans sa commune de 50 000 habitants. 

"Les services sociaux m'avaient indiqué vendredi qu'il y avait une dizaine de personnes qui refusaient l'aide proposée malgré les grands froids qui approchaient. Le lendemain j'ai ainsi écrit un texte, car nous devons prendre toutes les mesures pour assurer la tranquillité, la sécurité et la santé publique."

Ainsi, si quelqu'un refuse au péril de sa vie d'être hébergé, la police locale a de manière extrême la possibilité de le contraindre à rejoindre un centre. Une condition : que la personne soit examinée par un médecin urgentiste pour voir si la personne est en danger ou non. Un pouvoir de contrainte que le bourgmestre n'a même pas eu besoin d'utiliser selon ses dires.

"Les SDF nous sommes des gens qui se laissent perdre. On se laisse mourir"

Une mesure qui semble convaincre Damien, ancien SDF, qui estime qu'il faut "absolument" appliquer une mesure similaire en France pour aider les personnes qui dorment dans la rue à se resociabiliser. Car il y aurait un manque d'accompagnement et de possibilité de réinsertion.

"Ce qui m'a assez effrayé, lorsque j'ai été au RMI, je recevais un courrier me demandant si j'avais retrouvé un travail. C'est tout. Personne ne m'a appelé pour me recevoir ! Il y a un vrai problème. Les SDF nous sommes des gens qui se laissent perdre. On se laisse mourir. Il faut prendre les gens dans la rue."

Pour résoudre cela, il prend l'exemple d'une ancienne idée d'un maire proposant de faire travailler les SDF deux heures par jour pour les aider. "Le premier problème qu'il y a, c'est de se lever le matin. Quand on travaille deux heures par jour, on se resocialise, on se réveille le matin, on se rase, on s'habille correctement."

J.A. avec les GG