RMC

Grenelle des violences conjugales: "Il n'y a pas de méthode ni de proposition de la part du gouvernement"

-

- - -

Début juillet, Marlène Schiappa avait annoncé la tenue d'un Grenelle des violences conjugales en septembre. Mais selon Raphaëlle Rémy-Leleu, porte-parole d’Osez le féminisme, le projet est encore mal défini.

Le Grenelle contre les violences conjugales s'ouvrira le 3 septembre. Annoncé par Marlène Schiappa début juillet, l'initiative réunira ministres, associations, familles de victimes pour lutter contre les féminicides, 91 depuis le début de l'année.

Si le calendrier est connu, le contenu lui-même de ce Grenelle est encore à définir. Raphaëlle Rémy-Leleu, porte-parole d’Osez le féminisme, déplore même un manque d'organisation:

"Le problème de ce Grenelle, c'est que nous n'avons pas de méthode. Il existe une adresse mail à que toutes les parties prenantes sont invitées à contacter. Nous avons envoyé un mail, nous attendons notre invitation. C'est tout de même un problème d'employer ce mot de Grenelle alors qu'il n'y a pas de méthode, pas de proposition de la part du gouvernement".

"On est très loin du compte par rapport à ce qu'il faudrait faire"

Raphaëlle Rémy-Leleu regrette d'ailleurs que le gouvernement ne prenne pas le problème à bras-le-corps: "Marlène Schiappa avait annoncé sur RMC 73 psychologues dans les commissariats, on est très loin du compte par rapport à ce qu'il faudrait faire. Il y avait aussi un objectif de réponse de 100% au 39 19 - la ligne téléphonique consacrée aux femmes victimes de violences, ndlr-, mais il est important de rappeler que le 39 19 n'est pas tenu par le gouvernement mais par un réseau d'associations. On se demande donc quand l'Etat va investir massivement pour protéger les femmes et les enfants".

Paulina Benavente