RMC

Grève à Sciences Po: "Eux-mêmes sont issus d’une sélection, c’est complètement schizophrène"

Sur décision de la direction, ce mercredi matin, l’accès principal de Sciences Po Paris était fermé en raison de l’occupation d’une partie des locaux par des étudiants grévistes.

Plusieurs universités en France sont affectées par la mobilisation d'étudiants depuis plusieurs jours. Les grévistes protestent contre les nouvelles modalités d'accès à la fac, accusées d'instaurer un système de "sélection" déguisée.

Jusqu'à présent cantonnée à quelques facultés publiques en France, il semble que la colère estudiantine gagne du terrain et s’étende même à la prestigieuse école de Sciences Po.

"Ils n’ont aucune raison de manifester"

"Occuper Sciences Po est fortement symbolique: en tant que fac où a étudié Emmanuel Macron et de nombreux membres de sa majorité parlementaire", ont souligné par voie de communiqué les étudiants de cette grande école.

Pour Amandine, auditrice de RMC et chef d’entreprise dans l’Ain, les arguments revendiqués par ces contestataires n’ont pas de sens. 

"Les étudiants de Sciences Po sont rentrés à Sciences Po par concours. Ce qui signifie qu’ils ont validé la procédure de sélection à l’université. Donc bloquer l’université au motif qu’il y a une sélection alors qu’eux-mêmes en sont issus, c’est complètement schizophrène. Ils n’ont aucune raison de manifester".

"Ils feraient mieux d’aller donner des cours aux élèves"

Dénoncer une "dictature macronienne" mais aussi agir en solidarité avec les autres mouvements de protestation dans les facultés sont les raisons avancées par les étudiants de Sciences Po, dont l’accès principal est totalement bloqué depuis ce mercredi matin.

"La solidarité il y a d’autres moyens de l’exercer. Ils feraient mieux d’aller donner des cours aux élèves pour les aider à réussir à leur tour le concours de Sciences Po par exemple", a fustigé Amandine.
Les Grandes Gueules (avec C.P.)