RMC

Guaino: "Si j'étais à la place de Taubira, ma conscience me dicterait de partir"

Le député LR des Yvelines Henri Guaino chez les GG, ce mercredi.

Le député LR des Yvelines Henri Guaino chez les GG, ce mercredi. - RMC

Après plusieurs jours de tergiversations, le gouvernement a annoncé que la déchéance de nationalité serait maintenue dans la révision de la Constitution, contrairement à ce qu'avait annoncé Christiane Taubira la veille. Henri Guaino a estimé, ce mercredi sur RMC, que la ministre de la Justice devait "en tirer les conséquences".

"Cette décision était nécessaire pour la dignité de la République". Henri Guaino, invité du Grand Oral des Grandes Gueules, ce mercredi sur RMC, s'est félicité de la volte face du président François Hollande sur la déchéance de nationalité. Le chef de l'Etat a finalement décidé de conserver dans son projet de révision constitutionnelle la mesure très décriée à gauche, contrairement à ce qu'avait annoncé, la veille, la garde des Sceaux Christiane Taubira.

"Le président de la République ne peut pas se présenter devant le congrès, annoncer solennellement qu'il a décidé d'introduire cette mesure dans la réforme constitutionnelle, et puis quelques semaines après, venir dire aux Français: 'finalement, non'", a estimé l'ancienne plume de Nicolas Sarkozy. 

Hollande aurait dû hésiter "avant le congrès"

"Les Français ne font plus confiance aux hommes politiques, ne croient plus aucune promesse ni aucun engagement", a-t-il poursuivi. "Si le président de la République s'était comporté de cette façon, il aurait aggravé considérablement la crise de confiance dans la politique".

"Comment voulez-vous que les Français fassent confiance aux hommes politiques, notamment dans les campagnes électorales, si tous les engagements et toutes les promesses sont systématiquement reniées?", s'est-il interrogé.

"Tout le monde a le droit d'hésiter, c'est même plutôt sain", a ajouté le député Les Républicains des Yvelines. "Sauf que le président de la République, s'il devait hésiter, aurait dû le faire avant le congrès".

Hollande doit "clarifier la politique de son gouvernement"

Mardi, la garde des Sceaux Christiane Taubira avait affirmé, dans un entretien accordé à une radio algérienne, que le projet de révision constitutionnelle présenté ce mercredi en conseil des ministres ne prévoyait pas l'extension de la déchéance de nationalité pour les binationaux condamnés dans des affaires de terrorisme.

"Je ne peux comprendre qu'un ministre aille à l'étranger pour annoncer des décisions de politique intérieure", s'est indigné Henri Guaino. "A l'étranger, (…) on incarne la France. Les affaires intérieures de la France se traitent en France, elles se débattent en France. Là encore, c'est une question de dignité des institutions".

Christiane Taubira doit-elle présenter sa démission?

"Je pense qu'après tout ce qu'elle a déclaré, sachant ce qu'elle pense et qu'elle ne se prive pas de dire… Si j'étais à sa place, ma conscience me dicterait de partir", a-t-il déclaré. "On ne peut pas continuer à jouer sur tous les tableaux. Le président de la République doit clarifier la politique de son gouvernement en matière de sécurité, de politique pénale".
C. P.