RMC

Jackpot pour l'ex-patron de Carrefour: "Un mépris vis-à-vis des salariés"

Carrefour va supprimer 2.400 emplois. Dans le même temps, le PDG Georges Plassat va toucher 17 millions d'euros en plus d'une retraite annuelle de 517.000 euros. Parti à la retraite en 2017, ce dernier avait déjà perçu la modique somme de 13,17 millions d’euros.

Jackpot pour l'ancien PDG de Carrefour Georges Plassat qui va toucher 17 millions d'euros en plus de sa retraite annuelle de 517.000 euros. Georges Plassat a quitté ses fonctions mi-2017, touchant au passage plus de 13 millions d'euros.

Une rémunération qui passe mal d'autant que le groupe a décidé de fermer 243 magasins de proximité, supprimant au passage 2.400 emplois. Inadmissible pour la GG Charles Consigny: "On ne peut plus justifier aujourd'hui des écarts de salaire pareils. A la limite si les caissières et les gens qui travaillent dans les supermarchés étaient payés sensiblement plus que le Smic, on pourrait entendre que les grands patrons se paient bien".

"Une rémunération hors des clous"

Et de préciser: "Il y a plein d'entreprises qui paient correctement leurs salariés, mais là, en bas, ils ont le minimum syndical et en haut ils ont des rémunérations qui, non seulement sont extrêmement élevées et très loin des rémunérations les plus basses, mais qui en plus vont au-delà du maximum syndical puisque le Medef considère que c'est une rémunération hors des clous. Il y a une espèce de mépris de la part de ce monsieur vis-à-vis de ses salariés qui me semble évident dans le fait qu'il touche cette rémunération".

P.B.