RMC

Le maire du Havre démissionne après la diffusion de photos intimes: "Quelle irresponsabilité"

Le maire du Havre a démissionné après l'affaire des photos intimes qu'il aurait envoyé à plusieurs femmes. L'une d'entre elles s'est vengée en diffusant ces images. Les Grandes Gueules reviennent sur cette affaire.

Luc Lemonnier (ex-LR), 50 ans et père de quatre enfants, avait remplacé en mai 2017 l'actuel Premier ministre Edouard Philippe, dont il est proche, à la tête de la ville portuaire de plus de 170.000 habitants. Il a annoncé jeudi sa démission pour "protéger sa famille" sur fond de polémique liée à la diffusion de photos de lui nu, dans une position suggestive, par une élue qui se dit victime de l'édile.

Cette femme et son mari ont été interpellés et ont fait l'objet d'un rappel à la loi lundi ayant reconnu avoir diffusé par voie postale des plis contenant une photographie représentant le plaignant dans une position suggestive.

Luc Lemonnier a indiqué de son côté mercredi dans un communiqué qu'il s'agissait de "communications virtuelles exclusives de toute contrainte et entre adultes consentants". La femme visée par la plainte a accusé l'édile de comportement déplacé, expliquant avoir fait une "tentative de suicide" à la suite de cette affaire. "Pour moi, ça a été un viol en fait", a-t-elle ajouté sur France Bleu. Une deuxième femme dit avoir reçu en 2014 quatre photos "très hot, sexuelles, dégoûtantes".

"Elle aurait dû entrer dans un commissariat pour porter plainte et pas se faire justice elle-même"

Les Grandes Gueules sont revenues sur cette affaire ce vendredi sur RMC. La directrice de centre de formation Rose Ameziane est à la fois choquée par les agissements du maire mais ne cautionne pas non plus le comportement de la victime.

"C’est horrible, toutes ces histoires m’horripilent. Il aurait peut-être dû démissionner avant. Cette histoire mise à part, ce qui me gène c’est que cette femme, peut-être galvanisée par l’affaire Me Too, tente de se faire justice elle-même sur la place publique sous couvert d’humiliation. Elle aurait dû entrer dans un commissariat pour porter plainte et pas se faire justice elle-même. Elle était touchée à titre privé et elle a tenté de nuire à la personnalité du maire. Autant l’attitude du maire est dégueulasse, elle répond de la même manière."

Et les quatre enfants du maire ?

L'avocate Marie-Anne Soubré ne goûte également que très peu les agissements vengeurs de la victime en pensant aux enfants du maire qui n'avaient rien demandé.

"Sur la démission c’est la meilleure chose à faire. C’est aussi un père de quatre enfants, je pense aux gosses. Pour eux, elle aurait dû aller au commissariat et ça aurait évité que les enfants du maire (aient à subir ça)."

"Il sait forcément qu’en faisant ce genre de conneries ça allait lui péter à la gueule"

Le chef d'entreprise Thibault Lanxade estime de son côté que le maire fait preuve d'amateurisme et de suffisance qui rappelle un peu l'affaire DSK.

"C’est une histoire qui arrive souvent. Après, on est en 2019, et après Me Too etc… Il sait forcément qu’en faisant ce genre de conneries ça va lui péter à la gueule. Il y a une forme d’irresponsabilité, d’impunité qui me perturbe, au delà de l’acte, comment peut-il faire cela en sachant que ça peut sortir du jour au lendemain?"
James Abbott