RMC

Les écologistes trop punitifs? "La punition, c'est nous qui la recevrons collectivement si on ne fait rien", assure Cédric Villani

Le député ex-LREM Cédric Villani est maintenant engagé au sein de Génération écologie et alerte sur l'état de notre planète.

Après avoir été élu député sous cette étiquette, Cédric Villani a quitté La République en marche après divers désaccords avec la ligne du parti d'Emmanuel Macron. Il est depuis le porte-parole de Delphine Batho au sein de Génération écologie qui se présente pour la primaire des écologistes qui se tiendra le 16 septembre en ligne.

Le député a donc débattu en longueur du sujet de l'environnement dans Les Grandes Gueules ce lundi sur RMC. Il a notamment été interpellé sur l'écologie punitive, alors que de nombreuses personnes en France estiment que le sujet environnementale est instrumentalisé de façon trop dogmatique par les partis "verts" qui ne proposeraient que des sanctions, et pas assez d'incitations.

>>> A LIRE AUSSI - Nouveau record de chaleur en Europe: il a fait 47,4 degrés en Andalousie ce week-end

"La punition on la voit collectivement en voyant les phénomènes extrêmes de ce terrible été 2021"

Cédric Villani estime que l'un va avec l'autre et assure qu'il faut voir plus large que les simples sanctions contre les véhicules polluants par exemple.

"Où est la punition ? La punition on la voit collectivement en voyant les phénomènes extrêmes de ce terrible été 2021: inondations, canicule, feux de forêt, les déplacements massifs de populations... En Sibérie, au Canada, en Europe, au Japon, au Niger... Partout, il n'y a plus de doutes que ça fait partie des conséquences humaines du changement climatique.
Et ça fait 30 ans que le GIEC nous le dit. Au début, ils nous prévenaient avec précaution. Aujourd'hui on a les preuves. Les calculs sont plus précis, on a pu simuler avec les bonnes équations. La vraie punition est là et demain si on n'agit pas, ce sera pire. La punition c'est nous qui la recevrons collectivement si on ne fait rien. Nos enfants, nos petits-enfants, nous demanderont des comptes."
J.A.