RMC

Les "Grandes Gueules" interrompues par des manifestants à Béziers: que s'est-il passé?

Les "Grandes Gueules" interrompues par des manifestants à Béziers: que s'est-il passé?

Les "Grandes Gueules" interrompues par des manifestants à Béziers: que s'est-il passé? - RMC

Ce vendredi, en émission spéciale à Béziers, l'émission de RMC a été interrompue à plusieurs reprises.

Il était un peu plus de 10h30 en direct sur RMC: les "Grandes Gueules" ont été contraintes de rendre l'antenne de façon précipitée après l'irruption de manifestants aux abords du lieu de l'émission spéciale, délocalisée à Béziers à l'occasion du "Tour de Gaule" des "GG" avant les municipales.

A deux mois du scrutin, Olivier Truchot, Alain Marschall et les GG étaient donc partis prendre le pouls des Français avec trois heures d'émission en direct et en public à Béziers au restaurant l’Hallegria, situé dans les Halles de Béziers.

Après seulement une heure et demi d’émission, les équipes ont été contraintes de stopper le direct. Quelque 200 manifestants opposés à la réforme des retraites, parmi lesquels des cheminots, des avocats, des enseignants ou des "gilets jaunes", ont commencé à manifester dès le début du direct.

"On connaît la situation sociale du moment et quand on a commencé l’émission ici, à Béziers, un groupe de manifestants est arrivé: CGT, Sud-Rail etc. qui a commencé à faire du bruit. C’était plutôt bon enfant. Ils ont demandé à prendre la parole. Seulement, prendre la parole sur un coup de force, ça ne se fait pas. On a proposé à ce que l’un d’entre eux viennent en fin d’émission prendre la parole mais visiblement, ça ne suffisait pas donc la manifestation s’est intensifiée" explique Alain Marschall.

La situation devient alors de plus en plus tendue autour du restaurant: "Au sein même du cortège, des personnes étaient un peu plus excitées que les autres et ont débranché le câble de notre car-régie, ont fait sauter des pétards artisanaux à côté du car" poursuit le présentateur de RMC. 

"On a préféré arrêter pour la sécurité et l’intégrité physique de nos équipes techniques et pour le public"

Selon les agents de sécurité, sur place, plusieurs câbles techniques ont ainsi été arrachés et des "bombes agricoles" placées près du car-régie de l'émission. Une "machine à sirène" ainsi que l'alarme incendie du restaurant ont retentis à plusieurs reprises durant l'émission.

"Enlever un câble d’alimentation, c’est aussi empêcher le dialogue et la liberté d’expression. On est pour l’instant à l’intérieur du restaurant avec le public qui est venu nous voir, on attend que la poignée de manifestants, ceux qui sont très excités arrêtent. Nous, on veut bien discuter mais on ne discute pas avec des bombes artisanales qui explosent à côté de toi" dénonce l'équipe des GG.

"Du public attendait à l’extérieur: ça commençait à devenir problématique aussi pour les gens qui étaient là et qui ont eu peur. On ne peut pas, dans ces cas-là, faire 3 heures d’émission décemment. On a préféré arrêter pour la sécurité et l’intégrité physique de nos équipes techniques et pour le public. Malheureusement, c’est aussi la parole qui est empêchée. Je présente mes excuses à ceux qui comptaient suivre toute l’émission" a conclu Alain Marschall.