RMC

"Macron? C'est mort!": Luc Ferry peu optimiste pour la fin du quinquennat

Le philosophe et ancien ministre Luc Ferry estime que le président de la République aurait dû dissoudre l'Assemblée nationale et former un gouvernement d'union nationale au début de la crise des "gilets jaunes".

Le philosophe Luc Ferry, ancien ministre de l'Education sous Nicolas Sarkozy, et l'économiste Nicolas Bouzou ont co-écrit un ouvrage intitulé Sagesse et folie du monde qui vient, une plongée vers l'avenir inquiétant du monde libéral. Les deux auteurs étaient invités ce mercredi à se pencher sur ce futur dans Les Grandes Gueules ce mercredi 1er mai.

Évoquant l’évolution de la société et le chômage causé par la démocratisation des nouvelles technologies et la robotisation des métiers, Luc Ferry a estimé que les politiques devraient protéger les personnes plus que des métiers. 

"La grande révolution sociale qui vient c’est d’attacher les droits sociaux non pas au poste ou à l’emploi ou au contrat de travail mais à l’activité. Ca c’est la vraie révolution sociale qui vient pour l’état providence. On rentre juste là-dedans. Il faut un peu de courage politique."

"Il fallait une dissolution et un gouvernement d'union nationale"

Interrogé sur le courage politique du président de la République, Luc Ferry estime qu'il est déjà trop tard pour entreprendre un chantier aussi important, et qu'Emmanuel Macron aurait dû réagir bien plus vite à la crise des "gilets jaunes".

"Là il est dans les choux. C’est mort, il n’y aura plus rien, évidemment. Car de toutes façons quoi qu’il fasse il a 80% contre lui, les quatre autres partis contre lui. Donc c’est pour ça que je plaidais dans cette affaire de “gilets jaunes” pour une dissolution de l'Assemblée nationale et un gouvernement d’union nationale. Maintenant c’est trop tard. Il fallait faire une dissolution au bout d’un mois."
James Abbott