RMC

"Manque de recul" sur le vaccin anti-Covid: "On ne trouvera pas de nouveaux effets secondaires" rassure le Pr. Deray sur RMC

DOCUMENT RMC - Le professeur Gilbert Deray déplore le manque d'information scientifique des Français, plus perméables à certaines thèses complotistes qu'au fait médical. Un manque de connaissance qu'il juge "problématique" pour le personnel soignant opposé à la vaccination. Il était l'invité des "Grandes Gueules".

La lutte entre pro et anti-vaccins est-elle en train de se durcir? Mercredi 14 juillet, environ 19.000 personnes ont défilé dans les rues de plusieurs villes de France pour dire non au pass sanitaire et à la vaccination.

Le même jour, une députée de La République en Marche a reçu des menaces de mort tandis que le gouvernement détaille les sanctions en cas de non-respect des nouvelles restrictions liées au "pass sanitaire".

Si l'allocution présidentielle a permis un regain de la prise de rendez-vous de vaccination, le Covid-19 continue de progresser avec la hausse du nombre de nouveaux cas quotidien depuis une semaine. Et le variant Delta menace toujours.

Alors avant l'entrée en vigueur du pass sanitaire le 21 juin, le professeur Gilbert Deray, médecin à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris a tenu à rassurer sur les vaccins, notamment sur les effets secondaires et le fameux "manque de recul".

"Dans l'histoire des vaccins, jamais un effet secondaire n'a été découvert après trois mois. Jamais. Jamais on n’a eu autant de vaccinés en si peu temps avec 3 milliards de doses administrées, on a le microscope dessus, quasi un an de recul.
Les effets secondaires ont été détectés, il y en a, et on est totalement transparent, dès qu’on les trouve on les donne. Mais non, on ne trouvera pas d'effets secondaires dans un ou deux ans", explique-t-il ce jeudi sur le plateau des "Grandes Gueules".

>> A LIRE AUSSI - "Ce sont de vraies balles que vous allez prendre, vous ne nous injecterez jamais le vaccin": une députée de la majorité menacée de mort

"Il est anormal qu'une infirmière, ou un médecin ne comprenne pas scientifiquement les données que nous avons"

Gilbert Deray déplore cependant le manque de culture scientifique des Français, souvent plus ouvert à certaines thèses "complotistes" colportées par ce qu'il appelle des "criminels" et auxquelles sont également sensibles certains soignants, désormais obligés de se vacciner contre le Covid-19.

"Ne pas vouloir se faire vacciner pose un véritablement problème éthique des soignants. Il est anormal qu'une infirmière, un aide-soignant ou un médecin ne comprenne pas scientifiquement les données et informations que nous avons. Ils ont le niveau scientifique pour le comprendre, ça n’est pas normal. Il y a un problème des réseaux sociaux, du contrôle des 'criminels' qui diffusent des informations dont on sait qu’elle est fausse", déplore le médecin.

C'est l'action de ces "criminels" qui pousserait aux manifestations auxquelles on a pu assister mercredi:

"Je respecte et j'écoute les manifestants qui ont été trompés par des criminels, qui désinforment et qui disent n'importe quoi sur la vaccination", accuse-t-il évoquant des politiciens, des médecins, des journalistes et des affairistes qui entraînent à leur suite des milliers de personnes. Pas question pour autant de laisser de côté les opposants à la vaccination juge-t-il. "Il faut aller leur parler et bien leur dire: 'On vous a trompés'".

>> A LIRE AUSSI - Pass sanitaire: "C'est détestable de faire un tri entre Français, ça me rappelle les heures sombres", assure Gilbert Collard

G.D.