RMC

Nicolas Hulot accusé d'agressions sexuelles: "J’ai rarement vu un responsable politique à ce point touché à l’issue d’une interview"

Sur RMC, Laurent Neumann est revenu sur l'interview du ministre de la Transition écologique et solidaire, qui a démenti les accusations d'agressions sexuelles à son égard, sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin.

Jeudi matin sur RMC et BFMTV, Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, a démenti les rumeurs l'accusant d'agressions sexuelles à l'encontre d'une ancienne collaboratrice de sa fondation, alors qu'un article à son sujet doit paraître dans l'hebdomadaire Ebdo, vendredi. Pourquoi avoir devancer, et pris l'opinion publique de court? Laurent Neumann, éditorialiste de BFMTV, décryptait cette intervention pour les Grandes Gueules, sur RMC.

"C’est un choix politique assumé. Plutôt que d’attendre la parution d’un éventuel article, d’éventuelles rumeurs, il a fait le choix concerté avec Edouard Philippe d’anticiper cela. Il valait mieux être l’émetteur de l’information plutôt que d’apparaître en défense après", a assuré Laurent Neumann sur le plateau des GG.

"Il y une sorte de ligne rouge qui est franchie"

Présent dans les coulisses, l'éditorialiste raconte les minutes suivantes l'interview du ministre par Jean-Jacques Bourdin. Selon le journaliste, Nicolas Hulot était "affecté" et "touché" avant l'interview, puis extrêmement ému pendant et "bouleversé par l'émotion" en sortant du plateau. "Il a vécu une sorte d’épreuve ce matin. C’est une épreuve de subir des rumeurs des critiques mais c’est aussi une épreuve de dire sa vérité".

"On l’a senti à l’antenne, à partir du moment où cela concerne sa femme, ses enfants, il y une sorte de ligne rouge qui est franchie, et j’ai rarement vu un responsable politique à ce point touché à l’issu d’une interview", a conclu Laurent Neumann.

Face à Jean-Jacques Bourdin, Nicolas Hulot a avoué qu'une plainte avait été déposée en 2008 pour des faits remontant à 1997, puis classée sans suite par la justice.

Les GG (avec G.D.)