RMC

"On criminalise l'esprit festif": les mesures contre le Covid-19 sont-elles trop sévères?

Les Grandes Gueules sont revenues sur l'annonce d'un couvre-feu strictement contrôlé pour le Réveillon du 31. l'étudiant Maxime Lledo estime que ce compromis n'est pas le bon.

Un nouvel An confiné. Le couvre-feu qui va être instauré dès 20 heures à partir du 15 décembre s'appliquera aussi lors du réveillon du 31 décembre, contrairement à ce qu'avait envisagé initialement le gouvernement.

Ce réveillon "concentre tous les ingrédients d'un rebond épidémique" selon Jean Castex, et "si la circulation avait continué à se réduire fortement, nous aurions pu assumer ce risque, mais ce n'est pas le cas" et nous devons "respecter la règle du couvre-feu, rester chez soi, donc, le 31 décembre", a déclaré le chef du gouvernement.

"Nous serons intransigeants sur les rassemblements non autorisés et les fêtes sauvages", a annoncé Gérald Darmanin, alors que le gouvernement a décidé de maintenir le couvre-feu le soir du 31 décembre, lors duquel "plus de 100.000 policiers et gendarmes seront mobilisés".

L'avis des GG

Maxime Lledo (étudiant): "Je ne sais pas si je vais respecter. Quoi qui se présente je le ferai. Je ne compte pas vivre sous l'auspice de Jean Castex. On sera prudents donc je ne vois pas pourquoi du jour au lendemain je m'interdirai de retrouver mes amis pour faire plaisir à Jean Castex. (...) Tout le monde va faire gaffe. Criminaliser l'esprit festif avec le ton infantilisant employé... Il y a quelque chose qui s'imprime pour le monde d'après qui fait que la fête est suspecte. Regardons la façon dont on regarde les films: 'Oh mais ils sont quand même très près'. Il y a une tendance à s'acclimater à ce monde très lisse et horrible."

Marie-Anne Soubré (avocate): "A la base le 31 décembre pour moi c'est la tisane. On sera deux je pense et c'est parfait ça me suffit."

David Dickens (directeur marketing du cirque Phénix): "J'espère ne rien faire. D'habitude je fais des soirées à 200 avec les artistes après une représentation

Olivier Truchot: "Je trouve qu'une fois de plus c'est un message anti-jeunes. Au 31 tu ne fais pas la fête avec les grands-parents. Les jeunes ont déjà eu une année pourrie et ça va continuer."

J.A. et AFP