RMC

Plainte contre Darmanin: Pascal Perri regrette la "remise en cause de personnalités sans apporter de preuves"

Appelé à réagir à la nouvelle plainte contre le ministre Gérald Darmanin, la grande gueule Pascal Perri a regretté le climat actuel, où des accusations "sans apporter de preuves", mettent selon lui en doute la crédibilité de personnalités publiques.

Déjà visé par une plainte pour viol, Gérald Darmanin est désormais confronté à une enquête pour abus de faiblesse: une femme accuse le ministre de l'Action et des Comptes publics, de lui avoir demandé des faveurs sexuelles en échange d'un logement lorsqu'il était maire de Tourcoing (Nord). Gérald Darmanin a dénoncé une "nouvelle calomnie", ce jeudi dans une réaction à La Voix du Nord.

Alors que la pression s'accentue sur Gérald Darmanin, plusieurs voix l'invitant à démissionner pour se défendre, la grande gueule Pascal Perri a regretté la "remise en cause de personnalités sans apporter de preuves". "Je vois de plus en plus, en particulier ces dernières semaines, des expressions multiples dans l'espace public qui portent le soupçon, mais sans apporter aucun élément de preuves". "En France, il y a eu tellement de recours – contre un permis de construire, contre tel ou telle initiative -, que la justice a inventé le recours abusif. Il faudrait qualifier les alertes abusives", demande-t-il.

"C'est tout à fait le contraire de la justice"

"C'est devenu un argument trop facile: on prend la parole dans l'espace public, on met quelqu'un en accusation, une personnalité, sans qu'il soit besoin d'apporter de preuves, et voilà, le château de cartes s'effondre, la crédibilité de l'individu est remise en cause. C'est tout à fait le contraire de la justice, qui doit se faire à l'abri des passions". Et quand on lui rétorque qu'une plainte a été déposée, il rappelle: "Oui, mais une plainte ne dit rien".

P. G. avec les GG