RMC

Policiers attaqués: "Les policiers qui pensent à se défendre ont peur des conséquences"

Christophe, fonctionnaire de police à Argenteuil a déploré lundi dans les Grandes Gueules le manque de moyens des policiers mais surtout la crainte des conséquences s'ils décident de répliquer en cas d'attaque.

Samedi à Viry-Châtillon dans l'Essonne, quatre policiers ont été attaqués au cocktail Molotov. Une agression violente qui a interrogé les Grandes Gueules lundi:pourquoi la peur du policier n'existe-t-elle plus dans certains quartiers? Pour Christophe, policier à Argenteuil la réponse vient d'abord du manque de moyens des policiers qui interviennent. "Il faut plus de présence et plus de moyens", réclame ce policier.

Mais d'après lui, si l'uniforme ne fait plus peur c'est aussi le résultat d'une crainte des policiers eux-mêmes. "Le peu de policiers qui pensent à se défendre ont peur des conséquences. Si un policier avait fait usage de son arme ce jour-là, on aurait dit ah il y a encore un policier qui a fait usage de son arme", regrette-t-il.

C. B avec les Grandes Gueules